Minecraft permet de construire à peu près tout et n'importe quoi
Minecraft permet de construire à peu près tout et n'importe quoi © Flickr / hobbymb

Le groupe américain a fait un chèque de près de 2 milliards d'euros pour acquérir l'éditeur suédois Mojang, et surtout son jeu au succès planétaire. Un joli coup pour le géant américain, désormais propriétaire d'une référence dans le monde du jeu.

Minecraft, pour ses fans, c'est beaucoup plus qu'un jeu : c'est un formidable bac à sable mondial, qui depuis sa sortie en 2009 compte une communauté sans cesse grandissante. Depuis ses premiers balbutiements sur PC, le jeu a été adapté sur tablettes, smartphones et sur consoles, pour arriver à plus de 50 millions de copies vendues.

Le concept, simplissime sur le papier, a séduit des millions de joueurs qui s'échangent et visitent leurs créations. Il consiste, dans un monde composé de blocs (et de gros pixels), à creuser, tailler, assembler et construire pièce par pièce toutes sortes d'outils et de bâtiments, pour se protéger ensuite d'attaques nocturnes ou simplement pour le plaisir de la création. Des villes entières ont ainsi été fabriquées par les plus patients des joueurs, certains reproduisant même, grandeur nature, des univers existants ou imaginaires, tirés parfois d'oeuvres célèbres de la pop culture.

Le créateur de Minecraft quitte le navire

Microsoft soutenait déjà Minecraft, avec la version sortie sur ses deux consoles de salon, la XBox 360 et la XBox One. Elle en est désormais propriétaire suite à son rachat (surprise) de l'éditeur Mojang pour 2,5 milliards de dollards (1,9 milliard d'euros). Avec cette licence, le géant de l'informatique (et du jeu vidéo) se félicite d'avoir acquis "une plateforme mondiale ouverte, animée par une communauté très dynamique à laquelle nous sommes profondément attachés et riche de nouvelles opportunités, pour cette communauté et pour Microsoft".

Le charismatique fondateur de Mojang, surnommé Notch, a de son côté profité de ce rachat pour annoncer son départ de l'entreprise. Il s'en explique dans une lettre ouverte aux joueurs, où il précise qu'il n'est "pas un PDG, juste un programmeur un peu geek qui aime publier son avis sur ".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.