Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a affirmé ce matin aux députés qu'il n'y aurait pas de nouveau plan de rigueur en 2013.

Il a également confirmé que l'objectif de réduction du déficit public à 3% cette année, ne serait pas tenu. Mais il a prévenu que le gouvernement "ne prendrait pas le risque de dégrader encore l'activité en 2013"?

Ecoutez le reportage de Nassez Madji

Réduction du déficit revue à la baisse

jean-marc ayrault semble décidé à déminer le terrain avant un nouveau tour de vis budgétaire
jean-marc ayrault semble décidé à déminer le terrain avant un nouveau tour de vis budgétaire © reuters

La France devrait réviser sa prévision de croissance pour 2013 "autour" de 0,2%-0,3% du produit intérieur brut (PIB), ce qui impose au gouvernement une gestion d'autant plus "sérieuse", a déclaré mardi Laurent Fabius.

Le gouvernement français a concédé la semaine dernière qu'il devrait revoir sa prévision de croissance économique pour 2013 après l'annonce d'une croissance nulle en 2012. Il prévoyait +0,8%, soit bien plus que les économistes et les institutions internationales.

La Commission européenne doit dévoiler vendredi ses nouvelles prévisions économiques. L'objectif français de ramener les déficits publics à 3% du PIB fin 2013 est donc abandonné, l'exécutif européen anticipant 3,5%. L'issue des discussions entre Paris et Bruxelles est suspendue à l'ampleur attendue de la dérive par rapport à cette cible.

Quant à la politique familiale, "elle ne sera pas remise en cause", a assuré le premier ministre devant les élus de la majorité. Ce qui ne signifie pas évidemment qu'elle ne sera pas réformé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.