Alors que les épreuves du baccalauréat débutent lundi et que la grève SNCF se poursuit jusqu'au 28 juin, le stress monte chez les lycéens sur la bonne tenue de l'examen. Point d'inquiétude cependant, des dispositions ont été prises par la compagnie pour assurer au mieux le trafic. Franceinter.fr fait le point.

Près de 3 000 personnels de la SNCF seront mobilisés les 18 et 22 juin sur l'ensemble du territoire.
Près de 3 000 personnels de la SNCF seront mobilisés les 18 et 22 juin sur l'ensemble du territoire. © AFP / Kenzo Tribouillard

L’entérinement du projet de loi pour "une nouvelle réforme ferroviaire" par le Parlement ne marque pas la fin du mouvement. C'est en tout cas ce qu'ont affirmé jeudi l'ensemble des parties au sortir de l'intersyndicale de la SNCF. La mobilisation et les perturbations, à raison de deux jours sur cinq, se poursuivront donc au moins jusqu'au 28 juin. Laurent Brun, délégué de la CGT Cheminots, a de son côté annoncé vendredi que la grève allait continuer : "Pour combien de temps ? On verra. Comment ? On verra. Il n'est pas question de s'arrêter au calendrier, puisque le gouvernement souhaite passer en force."

Mais à conditions exceptionnelles, mesures exceptionnelles. En raison des examens du baccalauréat, la CFDT a convié les cheminots à suspendre la grève les 18 et 22 juin, dates d'examen oblige. Une mesure qui n'a pas été au goût de l'ensemble des syndicats, à l'image de l'Unsa et de Sud rail qui dénoncent "une initiative unilatérale prise sans la souveraineté démocratique des assemblées générales".  Laurent Berger, leader de la CFDT s'est justifié en évoquant un signe de bonne volonté pour ne pas pénaliser les candidats : "On fait preuve de responsabilité, on attend de même de la part de ceux qui ont la responsabilité de négocier ce nouveau pacte social pour les cheminots."

Malgré l'apparente fissure au sein de l'unité syndicale, la SNCF s'est engagée jeudi à prendre des mesures particulières pour permettre aux 753 000 candidats de passer leurs épreuves en toute tranquillité. Parmi elles, la levée partielle de la grève sur les lignes TER et RER.

3 000 personnels mobilisés et des numéros verts en région

Pour assurer au mieux la fluidité du trafic, la SNCF prévoit de déployer 3 000 employés supplémentaires sur l'ensemble du territoire. Les "gilets rouges" de l'assistance SNCF accompagneront au mieux les élèves en difficulté, tandis que des numéros verts seront mis en place selon les régions. 

Une attention particulière sera portée aux régions Île-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Hauts-de-France et PACA, en raison d'une plus forte présomption de perturbations. Le groupe ferroviaire a par ailleurs indiqué qu'en cas d’absence de trains en circulation, des taxis seront affrétés pour les lycéens. Et ce, "au frais de la compagnie", a confirmé Mathias Vicherat, directeur général adjoint de la SNCF. La SNCF recommande aux élèves et à leurs parents de se tenir informés sur le site internet de la compagnie ou via l’application mobile. Le plan de transport du jour J, lundi 18 juin, "sera publié à 17 heures la veille et sera garanti à 100  %". Dès dimanche, les familles devraient être informées des difficultés à prévoir.

Du côté des usagers toutefois, la grève sera maintenue. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.