[scald=156173:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les prix des carburants baisseront jusqu'à 6 centimes d'euro par litre pendant trois mois, l'effort étant partagé à parts égales entre l'Etat et les entreprises, a annoncé mardi le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici.

L'effort consenti par l'Etat sous la forme d'une baisse des taxes est supérieur à 300 millions d'euros et sera compensé par redéploiement budgétaire, a-t-il précisé lors d'un point presse.

Cette décision, concrétisation d'une promesse de campagne de François Hollande, est applicable "dans les 24 heures", a ajouté Pierre Moscovici. A l'issue de la période de trois mois, une "solution pérenne" sera mise en place.

"Les prix à la pompe baisseront jusqu'à 6 centimes d'euro : 3 centimes pour les pétroliers, 3 centimes pour l'Etat, c'est un montant extrêmement substantiel", a-t-il déclaré, en saluant l'effort des distributeurs. "Les lignes ont bougé."

Total a annoncé en parallèle une baisse de ses prix de 2 centimes par litre et 3 centimes sur les autoroutes.

Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) avait auparavant dit à la presse que la baisse de la part des entreprises serait supérieure à un centime d'euro par litre.

Selon l'Ufip, une baisse d'un centime par litre des taxes coûte 125 millions d'euros à l'Etat par trimestre.

François Hollande avait promis pendant la campagne présidentielle de bloquer les prix des carburants pendant trois mois, une promesse mise entre parenthèses au lendemain de son élection en raison d'une baisse des prix du pétrole et du carburant à la pompe, repartis depuis à la hausse.

Marion Douet et Michel Rose, édité par Jean-Baptiste Vey

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.