Le groupe allemand Bayer va supprimer la marque Monsanto dès qu'il aura racheté le géant américain des OGM et des pesticides. En faisant disparaître ce nom, Bayer espère faire oublier la mauvaise réputation de l'Américain comme elle a fait oublier quelques uns des points noirs de son histoire.

Werner Baumann, président de  Bayer, lors de l'assemblée générale annuelle de la société le 25 mai 2018 à Bonn
Werner Baumann, président de Bayer, lors de l'assemblée générale annuelle de la société le 25 mai 2018 à Bonn © AFP / PATRIK STOLLARZ

Le nom Monsanto va donc s'effacer et disparaître des radars de ses  détracteurs qui lui reprochent les dérives de l'industrie agrochimique. Monsanto s’appellera donc désormais Bayer. 

Le futur ensemble a beau conserver ses produits phare, dont l'herbicide au glyphosate commercialisé sous la marque "Round Up", il se déleste avec "Monsanto" d'un terme qui cristallise depuis des décennies les protestations des défenseurs de l'environnement.  

Agriculture intensive, communication au cordeau

Par ce toilettage a minima, le groupe allemand s'efforce de prendre ses distances avec l'image sulfureuse de sa cible, honnie des organisations paysannes comme des écologistes. Monsanto a aussi été mêlée à une litanie de procédures judiciaires autour de scandales sanitaires et de nuisances à l'environnement.  Mais sur le fond, Bayer prend le plus grand pari de son histoire en avalant le groupe de Saint-Louis pour près de 62 milliards de dollars, un montant sans précédent pour une acquisition d'un groupe allemand à l'étranger , dans le but de faire grossir sa branche agrochimie, second pilier du groupe après la pharmacie.  

En annonçant ce mariage géant en mai 2016, Bayer tablait sur la nécessité d'une agriculture plus intensive, puisque la planète devrait compter près de dix milliards d'habitants en 2050 sans que les terres arables ne puissent être étendues dans les mêmes proportions.  

Bayer va mettre ainsi la main sur le glyphosate, herbicide controversé dont le caractère cancérogène fait l'objet d'études contradictoires. 

Bayer, la firme qui sait faire oublier ses côtés obscurs

Si le nom de Monsanto est souvent décrié, l'histoire de Bayer, inventeur de l'aspirine notamment, n'est pas sans taches. Récemment aux Etats-Unis la firme a été classée par les plus gros pollueurs atmosphériques.  Monsanto est le producteur du Round Up, Bayer celui du Gaucho. 

Le rapprochement entre Bayer et Monsanto avait été accueilli au départ avec réserve par les autorités de la concurrence, en raison de la position dominante qu'aura la nouvelle entité en matière de produits agricoles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.