offensive de la bce pour sortir du marasme
offensive de la bce pour sortir du marasme © reuters

Pour relancer l'économie et juguler l'inflation, la BCE va injecter plus de 1 000 milliards d'euros dans l'économie, en rachetant de la dette publique italienne, portugaise, ou espagnole. De quoi redonner de l'air à ces pays. Et au nôtre ?

Chaque mois, à partir du mois de mars, la BCE va racheter 60 milliards de dettes publiques et privées, et ce jusqu'au retour de l'inflation au moins pendant un an et demi. La Banque centrale européenne veut marquer les esprits, frapper un grand coup. Les taux auxquels les pays concernés empruntent vont baisser et cela va redonner un peu d'air à ces économies.

La France, comme l'Allemagne, emprunte déjà à des taux très bas. Du coup, il sera désormais moins intéressant d'acheter sa dette, et cela va pousser les investisseurs à se tourner vers le financement des entreprises. Du côté des ménages, le crédit sera encore plus accessible, malgré le taux de chomage élevé.

Pas de choc de confiance à prévoir

Ce geste de la BCE pourrait donc convaincre certains d'investir dans un projet immobilier, par exemple de s'endetter ou de puiser dans leur bas de laine pour consommer un peu plus. Mais en France, les banques prêtent déjà à des taux très bas.

Le problème, c'est plus un manque de demande que d'offre, rappelle l'économiste Christophe Boucher

Encore faut-il que les entreprises aient envie d'investir, voient des débouchés et la demande se raffermir. Bref, pour certains économistes, il ne faut pas compter sur un choc de confiance des ménages et des entreprises, tout cela va prendre du temps, sans doute des mois. Mais si l'Espagne et l'Italie se portent mieux, c'est toute la zone euro qui ira mieux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.