Benoit Hamon
Benoit Hamon © Silvere Gerard/Maxppp

Les entreprises qui ne cherchent pas le profit à tout prix et laissent plus de pouvoir aux salariés sont trop rares en France. Ce matin, le ministre de cette économie sociale et solidaire, Benoit Hamon, présente un texte pour favoriser son développement : un moyen de créer de l'emploi.

C'est lors du Conseil des ministres que Benoit Hamon va exposer son projet de loi sur l'économie sociale et solidaire (ESS).

Son objectif : favoriser son financement et créer des emplois. Selon son cabinet, quelques 100 000 postes pourraient être créés grâce à cette avancée en faveur de l'ESS.

Les explications de Bruce de Galzain

Pour le financement, les porteurs de projets d'innovation sociale pourront se tourner vers la Banque publique d'investissement qui devra mettre à disposition de cette forme d'économie 500 millions d'euros de crédits.

Enfin, Benoit Hamon veut aider les salariés à reprendre entre leurs mains les petites entreprises. Il veut donc que ces derniers soient informés au moins deux mois à l'avance d'un projet de cession pour leur permettre de faire une offre.

Etat des lieux

Aujourd'hui en France, l'ESS représente 10% du Produit intérieur brut et 10% des emplois, ce qui représente 2,35 millions de salariés.

Certaines régions, comme la Bretagne et le Poitou-Charente, sont à la pointe de ce type d'activités.

200 000 entreprises sont considérées comme appartenant à l'économie sociale et solidaire parce qu'elles concilient activité économique, utilité sociale, gestion désintéressée et gouvernance démocratique.

Bruce de Galzain a visité la coopérative enercoop à Paris, un exemple d'ESS

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.