Guillaume Pépy
Guillaume Pépy © GNU Free Documentation License, / G. Uferas

Le Président de la SNCF, Guillaume Pépy, prévoit d'ouvrir des négociations en avril avec les syndicats sur les facilités de transport accordés aux cheminots et à leurs proches. Des avantages qui coûtent cher à l'entreprise selon la Cour des comptes et qui pose problème au regard de l'égalité d'accès au service public ferroviaire.

"Une négociation sera engagée à ce sujet dès avril pour examiner les suites à apporter au rapport de la Cour des comptes", annonce Guillaume Pépy dans le Figaro de ce vendredi. Le patron de la SNCF n'a pas tardé à réagir après la publication mardi du rapport annuel des sages qui épingle la gratuité et les tarifs préférentiels accordés aux personnels et à leurs proches.

Des avantages qui profitent surtout aux proches des salariés

Au coeur des critiques adressées par la Cour des comptes, figurent les avantages dont profitent les proches des salariés. Selon les sages, les cheminots en activité ne représentent plus que 21,5% des bénéficiaires (163.005 personnes), derrière les retraités (24,3%) et largement derrière les ayant droit, 54,1% (409.000 bénéficiaires selon la Cour).

"On ne touche pas aux facilités de circulation": reportage de Marion L'Hour

Mais le sujet est très sensible selon Guillaume Pépy. Dans une réponse à la Cour, le Président de la SNCF relève que ces facilités "constituent un sujet identitaire, étroitement lié à l'entreprise, et plus largement à l'histoire du monde ferroviaire". Les syndicats ont d'ailleurs déjà donné de la voix : "la Cour des comptes ferait mieux de s'occuper des vraies dépenses publiques" pour Pascal Poupat de la CGT-Cheminots (premier syndicat de la SNCF). "On cherche à faire passer les cheminots pour des nantis", dénonce de son côté Alain Cambi (SUD-Rail, troisième syndicat).

Les billets gratuits ou à tarifs préférentiels ont été accordés aux personnels de la SNCF au moment de la création de l'entreprise en 1938 mais ils constituent à présent "un ensemble touffu, marqué par l'accumulation de concessions successives dans le cadre du dialogue social, et, de ce fait, recélant nombre d'archaïsmes et d'incohérences", selon le rapport de la Cour.

A l'heure où la SNCF annonce une perte nette de 180 millions d'euros sur l'année 2013, il n'est pas certain que la réforme des billets gratuits soit le moyen le plus rassembleur de faire des économies.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.