la bce évite la chute aux bourses européennes
la bce évite la chute aux bourses européennes © reuters

Au lendemain d’une journée noire, les grandes places boursières européennes rebondissent, alors que la Bourse de Shanghai, elle, continue de dégringoler. L'état de santé de l'économie chinoise inquiète.

La Bourse de Shanghai a désormais effacé tous ses gains de l'année, s'enfonçant sous son niveau du 31 décembre 2014. La déroute des places chinoises, avivant les doutes sur la santé de la deuxième économie mondiale, a largement alimenté lundi une journée noire pour les marchés financiers mondiaux, qui se sont écroulés de concert dans un climat de panique générale.

Ce mardi encore, l’indice composite shanghaïen a terminé en baisse de 7,63% à 2.964,97 points. Lundi, la place shanghaïenne s’était déjà effondré de 8,49%, sa plus forte baisse journalière en huit ans , après avoir abandonné quelque 11% la semaine dernière.

Philippe Reltien, envoyé spécial à Pékin, décrit l'ambiance à la Bourse de Shanghai

Les autres grands marchés asiatiques se sont repris quelque peu mardi avant de replonger. Tokyo a clôturé en baisse de près de 4%, au plus bas en six mois et Hong Kong perdait 0,37% en séance. En revanche, Séoul finissait la journée sur un gain de 0,92% et Sydney de

2,72%.

De même, les Bourses européennes retrouvaient des forces et rebondissaient à l'ouverture. Francfort prenait 1,31%, Paris 1,89%, Londres 1,30%, Madrid 0,96% et Milan 1,39%. Le président français François Hollandea affiché mardi sa "confiance" dans la capacité de la Chine à "surmonter" la crise financière qui plombe les marchés boursiers inquiets de la santé économique du pays.

"Les investisseurs paniquent et vendent tous azimuts"

Bourse de shanghai
Bourse de shanghai © Reuters / Carlos Barria

"Les investisseurs chinois ont perdu toute confiance, et il y a de la marge pour que le marché dégringole encore", commentait Wei Wei, analyste du courtier Huaxi Securities. D'autant que le tableau économique ne cesse de s'assombrir, au fil d'indicateurs décevants.

S'efforçant de rassurer, Pékin a certes annoncé dimanche que le gigantesque fonds de pension chinois allait investir une partie de ses actifs colossaux dans les Bourses locales. Mais sans convaincre.

La banque centrale (PBOC) a indiqué mardi avoir injecté 150 milliards de yuans (20,3 milliards d'euros) dans le système financier via des opérations de marchés régulières, pour

Les Bourses chinoises s'étaient envolées de 150% en l'espace d'un an, dopées par un endettement massif et déconnectées de l'économie réelle, avant de finalement chuter à partir de mi-juin, en dépit des efforts répétés de Pékin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.