SFR racheté par Bouygues ?
SFR racheté par Bouygues ? © PHOTOPQR/L'ALSACE/Jean Francois Frey / PHOTOPQR/L'ALSACE/Jean Francois Frey

Bouygues a rouvert les hostilités pour la conquête de SFR en relevant jeudi de 1,85 milliard d'euros son offre, moins d'une semaine après l'entrée en négociations exclusives de la maison-mère de l'opérateur Vivendi avec son rival Numericable.

Cette contre-offensive, soutenue par plusieurs partenaires dont le bras armé financier de l'Etat la Caisse des dépôts et consignations (CDC), pourrait semer le doute parmi les administrateurs de Vivendi qui ont donné pour trois semaines la priorité aux discussions avec le câblo-opérateur.

La nouvelle offre du groupe de BTP et de communication propose davantage de cash à Vivendi mais réduit les parts que détiendrait le conglomérat dans le futur ensemble Bouygues Telecom-SFR ce qui se traduit par une valorisation moins élevée pour SFR une fois prises en compte les synergies.

On s'interroge sur l'entrée de la Caisse des dépôts dans la négociation : est-ce au contribuable de payer pour racheter SFR. L'analyse de Bruce de Galzain.

Bouygues espère ainsi répondre aux attentes de Vivendi : sortir au plus vite des télécoms et se doter des moyens de financer son recentrage dans les contenus et les médias.

Dans le détail, il propose 13,15 milliards d'euros en numéraire pour mettre la main sur le numéro deux français du mobile, soit 1,4 milliard de plus que le rival Numericable.

Vivendi et Altice réaffirment être en négociations exclusives

Vivendi verrait sa participation dans le duo réduite à 21,5% contre 43% précédemment, conséquence de l'implication de trois partenaires, la CDC, JCDecaux Holding, qui contrôle le groupe JCDecaux, et la famille Pinault qui entretient des liens d'amitié avec le PDG de Bouygues Martin Bouygues.

La nouvelle offre de Bouygues valorise SFR à hauteur de 17,4 milliards d'euros en incluant les synergies, contre 19 milliards dans l'offre rivale de Numericable. La première proposition de Bouygues à Vivendi valorisait SFR à 19 milliards d'euros. Vivendi comme Altice n'ont pas souhaité faire de commentaire, réaffirmant être en négociations exclusives l'un avec l'autre.

Le rôle du gouvernement en question

Ce nouveau coup de théâtre dans une saga marquée déjà depuis près de trois semaines par de nombreux rebondissements pourrait susciter des tensions entre les 14 membres du conseil de surveillance appelés à se prononcer sur le sort de SFR.

Une partie du conseil emmené par son président Jean-René Fourtou penche pour une solution rapide et simple du point de la vue de la concurrence, ce qui s'est traduit par la préférence accordée à Numericable il y a une semaine.Dans ce duel, le gouvernement n'a pas caché sa préférence depuis le début en prenant ouvertement le parti de Bouygues. Même après l'annonce du choix de Vivendi, il ne s'est pas déclaré vaincu en prenant notamment pour cible le dirigeant d'Altice Patrick Drahi et sa résidence fiscale en Suisse. "Ce qui interpelle c'est le rôle de l'Etat dans tout cela", fait valoir une source au fait du dossier, en faisant référence à l'implication de la CDC dans la nouvelle offre de Bouygues.

SFR : quels scénarios ?
SFR : quels scénarios ? © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.