vers l'abandon de l'objectif de réduction des déficits publics à 3% du pib fin 2013
vers l'abandon de l'objectif de réduction des déficits publics à 3% du pib fin 2013 © reuters

Comme prévu, Bruxelles est moins optimiste que le gouvernement français. La Commission européenne a présenté en fin de matinée ses prévisions économiques pour 2013 et 2014.

  • Croissance : plus faible que prévue en 2013, reprise en 2014

La Commission table pour ce qui concerne la France sur une croissance de 0,1% en 2013 et un déficit de 3,7% du Produit intérieur brut. Le gouvernement français attendait cette publication pour abaisser ensuite sa propre prévision de croissance, actuellement de 0,8%.

Le président François Hollande avait confirmé mardi que la France n'atteindrait pas son objectif de 0,8% de croissance en 2013, et indiqué qu'une nouvelle prévision de croissance serait établie "fin mars avec le Haut conseil aux Finances publiques". De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait estimé mardi que la prévision s'établirait autour de 0,2% ou 0,3%, mais avait été démenti par le ministère de l'Economie selon lequel la nouvelle hypothèse n'était "pas encore arrêtée".

  • Augmentation constante du déficit public

Le déficit public de la France atteindra cette année 3,7% du PIB, loin de l'objectif des 3% imposés par Bruxelles, et sera encore plus important en 2014 à 3,9%, selon les nouvelles prévisions de la Commission européenne. Lors de ses précédentes prévisions en novembre, la Commission tablait sur un déficit de 3,5% en 2013 et 2014.

Sur le papier, les pays qui ne sont pas dans les clous des 3% de déficit doivent être sanctionnés. Sauf que les deux tiers des pays de l'Union sont dans le rouge... Du coup, la Commision a laissé entrouverte la porte à un report à 2014 de cette exigence.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn

Les précisions de Bruce De Galzain

  • Aggravation du chômage pour toute l'Europe en 2013

Bruxelles prévoit une aggravation du chômage dans la zone euro cette année. Il devrait dépasser les 12% de la population active, selon les dernières prévisions économiques de la Commission. En 2012, il s'est établi à 11,4% de la population active. Il devrait grimper à 12,2% cette année et se stabiliser à 12,1% en 2014, avec des pointes à plus de 25% en Espagne et en Grèce.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.