Le gouvernement détaille ce lundi sa recette budgétaire pour 2019, chargée de concilier baisses d'impôts et maîtrise du déficit public…

Le ministère des Comptes Publics est le principal perdant du budget 2019 annoncé par le gouvernement
Le ministère des Comptes Publics est le principal perdant du budget 2019 annoncé par le gouvernement © AFP / Joël SAGET

Le bouclage du projet de loi de finances (PLF), présenté en conseil des ministres ce lundi sera débattu durant l'automne au parlement, mais fait déjà office, pour le gouvernement d'exercice d'équilibre délicat.

En cause, notamment : le tassement de la croissance, qui a plafonné à 0,2% au premier comme au deuxième trimestre 2018, obligeant le gouvernement à corriger sensiblement ses prévisions de recettes et sa trajectoire budgétaire. Le Premier ministre Édouard Philippe, lors de l'université d'été du Medef, avait lui promis de maintenir le déficit "sous la barre des 3%"

Le projet de loi de finances comprendra ainsi un quasi gel des pensions de retraite, des allocations familiales et des aides personnalisées au logement, qui ne seront revalorisées que de 0,3% alors que l'inflation est attendue à 1,3%. De quoi économiser près de trois milliards d'euros.   

Des efforts seront également demandés aux chambres de commerce et d'industrie, à l'audiovisuel public et l'administration fiscale. La politique de l'emploi, enfin, sera mise à contribution avec une baisse de crédits de 2,1 milliards d'euros, qui passera notamment par une réduction du nombre de contrats aidés.

Budget 2019 : gagnants et perdants

Premier perdant : le ministère de Bercy, et la direction générale des finances, avec 2600 postes en moins, soit des suppressions légèrement moins fortes, car il faut créer 250 postes aux douanes à cause du Brexit.   

Le ministère de l'Éducation, perd 1800 postes, et le ministère du Travail, 1600 postes . Le ministère de la Transition écologique et solidaire se voit enlever un millier de postes….mais son budget va gagner un milliard d'euros.   

Le Quai d'Orsay va aussi se devoir se serrer la ceinture à travers ses missions économiques à l'étranger,  tout comme l'audiovisuel public, enfin la Solidarité et la Santé perdent, eux , 500 postes. 

Opération gagnante pour les portefeuilles régaliens 

Coté gagnants : les ministères régaliens, avec 2300 postes en plus pour l'Intérieur, 1300 postes en plus pour la Justice ou la Défense. Plusieurs portefeuilles ministériels avaient déjà été annoncés en hausse, comme celui de l'Éducation nationale qui augmentera ainsi de 850 millions d'euros, quand celui de la Transition écologique gagnera 3,1%.    

Au total le solde net des suppressions de postes dans la fonction publique d'État est de 4170 : c'est moins qu'annoncé l'été dernier… et bien loin des 50 000 prévus sur le quinquennat. 

Pourtant, la pente va s'accentuer, promet Bercy. Cette semaine, chaque ministère va recevoir sa lettre de mission pour engager les plans de transformations qui vont permettre de baisser les effectifs dans la seconde partie du quinquennat. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.