La bataille du budget commence, vraiment, ce lundi. Les députés débutent l'examen du volet recettes du projet de loi de finances dans l'hémicycle. À qui profite-t-il vraiment ? L'exécutif a-t-il tenu la sacro-sainte maxime du "en même temps" : autant pour les ménages que pour les entreprises ?

À qui profite vraiment le deuxième budget du quinquennat qui arrive lundi dans l'hémicycle de l'Assemblée ?
À qui profite vraiment le deuxième budget du quinquennat qui arrive lundi dans l'hémicycle de l'Assemblée ? © AFP / Jean-Sébastien EVRARD

Avec la bascule du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en baisses de charges pérennes, ce sont 20 milliards d'euros de plus dans les caisses des entreprises. Et même en additionnant les efforts qui leur sont demandés, comme la suppression du taux réduit de TICPE pour certains usagers du gazole, on reste à un total de 18 milliards 800 millions d’euros, bien loin des 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat promis aux ménages et tant vantés ces derniers jours par le gouvernement. 

D'autant plus qu'il oublie de prendre en compte le quasi gel des prestations sociales : 3 milliards et demi en moins dans le portefeuille, la baisse des APL : 900 millions en moins. 

Au total, selon les calculs de l'Institut des politiques publiques, basé sur les chiffres de Bercy, le gain pour les ménages n'est que de 1 milliard 200 millions d'euros cette année. 

Ce chiffre cache également de grandes inégalités. 

Car en cumulant les réformes 2018-2019, si 60% de ménages y gagnent, les plus modestes - 20% des Français - vont perdre entre 0,5 et 1% de revenu disponible, alors que les plus riches - 1% des foyers - verront leurs revenus bondir de 6%, grâce notamment à la suppression de l'ISF. 

Budget 2019 : prélèvements en baisse pour les entreprises
Budget 2019 : prélèvements en baisse pour les entreprises © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.