En juin, le moral des ménages a atteint son plus haut niveau depuis dix ans. Mais au juste, qu’est-ce que cela signifie ?

L'indice tient notamment compte des intentions d'achat à venir
L'indice tient notamment compte des intentions d'achat à venir © Maxppp / Julio PELAEZ / PhotoPQR / Le Républicain Lorrain

Les chiffres du moral des ménages au mois de juin sont encourageants, selon l’Insee : celui-ci s’est élevé à son plus haut niveau depuis 2007. Un record obtenu pour le deuxième mois consécutif. Il s’établit à 108 points, soit huit points de plus que la moyenne de longue période. Mais à quoi correspondent ces points ? Et plus globalement, que signifie ce “moral” des ménages ?

L’indicateur du moral des ménages est un indice, une donnée statistique obtenue en combinant différents critères. En soit, ce score de “108” n’a donc aucune signification si ce n’est qu’il permet de faire des comparaisons dans le temps ou avec d’autres pays (dans l’Union européenne, chaque Etat calcule le moral de ses ménages selon les mêmes critères). En d’autres termes, on ne peut savoir que le moral est bon à 108 que parce que la moyenne est de 100.

Cinq indicateurs majeurs

Pour calculer cet indice, nommé officiellement “indicateur de la confiance des ménages”, l’Institut national de la statistique et des études (Insee) interroge, les trois premières semaines de chaque mois (sauf en août) un échantillon représentatif de la population. Cinq éléments sont pris en compte pour mener cette étude :

  • Evolution passée de la situation financière personnelle
  • Perspectives d’évolution de la situation financière personnelle
  • Opportunité d’acheter
  • Evolution passée du niveau de vie en France
  • Perspectives d’évolution du niveau de vie en France

Cela signifie que ce sont pour l’essentiel des questions de ressenti plutôt que des données chiffrées qui entrent en compte. Par exemple, on considère que plus d'un ménage envisage de faire des achats importants (électroménager, voiture, etc.), plus il a confiance dans la situation économique, la sienne comme celle du pays. En tout, onze questions permettent de déterminer ces cinq indicateurs qui, une fois combinés, créent l’indice de confiance des ménages.

Un aperçu de la température des Français

Pour les mois où des événements particuliers surviennent (les grandes vacances, Noël, etc.), des “ajustements saisonniers” sont appliqués, ce qui permet d’obtenir un indice qui ne varie pas en fonction de ces moments récurrents de l’année. En revanche un événement ponctuel (une élection, un événement sportif) ne fait pas forcément l’objet d’un ajustement, car il peut rentrer dans les causes du moral des ménages.

Calculé depuis 1958, cet indicateur permet donc d’avoir une idée de l’optimisme ou du pessimisme de la population française. Il permet d’anticiper la consommation des ménages ou, inversement, leur épargne, et donc en partie la croissance économique. C’est donc un instrument important pour la conduite des politiques économiques du pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.