Commander des produits siglés Carrefour à haute voix sera bientôt une réalité : la chaîne de grande distribution a annoncé lundi la signature d'un accord stratégique avec Google, effectif en 2019. Les consommateurs pourront faire leurs courses vocalement grâce à l'assistant du géant américain. Une première en France.

Le service en ligne par commande vocale sera effectif à l'horizon 2019.
Le service en ligne par commande vocale sera effectif à l'horizon 2019. © AFP / Loïc Venence

Carrefour l'a fait. À partir de 2019, les fidèles de la chaîne de grande distribution pourront effectuer leurs courses avec la voix via les canaux numériques de Google. Le groupe dirigé par Alexandre Bompard et le géant américain emboîtent le pas du e-commerce par commande vocale, après l'annonce en mars du partenariat entre Monoprix et Amazon, un autre géant du commerce en ligne.

Aux États-Unis, Google et le grand distributeur Walmart avaient déjà annoncé en août une alliance du même type. Avec cet accord, Carrefour souhaite prendre à son tour le virage du numérique et offrir aux consommateurs connectés "une nouvelle expérience d'achat, dont l'alimentaire", première du genre en France. D'autres grandes enseignes de distribution devraient suivre pour tenter de bouleverser le marché et les pratiques des consommateurs.

Concrètement, comment ça marche ?

Les produits Carrefour, alimentaires ou non, seront disponibles sur plusieurs canaux du moteur de recherche américain : l'assistant vocal Google, disponible sur les smartphones, téléviseurs, montres connectés et sur l'enceinte Google Home. Un nouveau site Google shopping, plateforme d'achats en ligne, sera lui aussi dédié à la gestion des commandes, notamment de produits frais.

Pour l'internaute, il suffira de dicter sa liste de course à voix haute, en s'adressant à son assistant vocal sur son téléphone portable ou son enceinte connectée. Les références des produits Carrefour y seront préalablement intégrées. La commande sera ensuite disponible dans des points de vente du distributeur, ou livrées à domicile.

Prochainement, YouTube, la plateforme de vidéo de Google, proposera pour sa part aux utilisateurs d'acheter des produits de la marque par des liens intégrés aux publicités qui précédent la diffusion des contenus.

Un partenariat stratégique tourné vers l'innovation

Outre la commande vocale, Google va accompagner Carrefour dans son grand plan de réduction des coûts, et le virage numérique annoncé en janvier par son nouveau dirigeant, Alexandre Bompard. En partenariat avec Google Cloud, le distributeur ouvrira cet été dans la capitale un laboratoire d'innovation dans lequel les experts en intelligence artificielle de Google travailleront main dans la main avec les ingénieurs de l'enseigne pour "créer conjointement de nouvelles expériences destinées aux consommateurs".

Le PDG de Carrefour s'est réjoui sur son compte Twitter de ce partenariat, le premier en faveur "d'une nouvelle manière de faire ses courses en Europe" :

Parallèlement, près de 160 000 salariés du grand distributeur vont passer à GSuite, les outils bureautiques et collaboratifs de la plateforme. Plus d'un millier de salariés vont également être formés à la culture numérique avec l'appui de Google.

Une question reste en suspens : Google va-t-il prendre un pourcentage sur les ventes du groupe Carrefour ? Et si oui, dans quelle mesure ? Pour l'instant, les deux groupes n'ont pas souhaité s'étendre plus en détails sur l'affaire.

La grande distribution à l'épreuve du numérique

Le 26 mars, le géant du commerce en ligne Amazon annonçait qu'il livrera bientôt des produits frais dans l’hexagone, grâce à un partenariat avec Monoprix, filiale du groupe Casino. Casino qui avait notamment conclu en novembre 2017 un accord avec Ocado, spécialiste du e-commerce alimentaire. Le même jour, Leclerc, autre leader de la grande distribution en France, lançait son service de distribution alimentaire à domicile à Paris. Un peu plus tôt, Auchan avait confirmé de son côté une alliance avec le géant chinois Alibaba.

Toutes les grandes chaînes de distribution françaises se mettent désormais à la page. Et pour cause, selon les consultants en stratégie OC & C, le commerce commandé par la voix devrait représenter 40 milliards de dollars, soit 34 milliards d'euros, d'ici 2022.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.