Cette année, la collecte de médicaments non utilisés a baissé. Loin de s’en inquiéter, Cyclamed, l’organisme chargé de valoriser ces "déchets", y voit un signe de maturité : en matière de santé, les Français consomment moins ou mieux.

La collecte de médicaments non utilisés a atteint 164 grammes par habitant en 2017. Sur le podium des régions les plus actives, les Hauts-de-France (197 g), la Nouvelle Aquitaine (183 g) et le Grand Est (180 g).
La collecte de médicaments non utilisés a atteint 164 grammes par habitant en 2017. Sur le podium des régions les plus actives, les Hauts-de-France (197 g), la Nouvelle Aquitaine (183 g) et le Grand Est (180 g). © AFP / Phanie Burger

Pour 1 Français sur 2, le recyclage des médicaments est un fait acquis. La mission de Cyclamed est connue, et ses filières installées. On le sait, le rejet des principes actifs contenus dans les cachets ou sirops produit des effets délétères sur sur la qualité de l’eau et de l’air, donc sur la santé humaine.

On sait aussi, désormais, que les pratiques des Français en matière de recyclage s’affinent. 2 sur 3 séparent les emballages en carton et les notices avant de ramener les médicaments non utilisés (MNU) chez leur pharmacien. Et, note Cyclamed, c’est un gros progrès.

En 2017, les 21 793 officines participant au tri ont récupéré 11 083 tonnes de médicaments non utilisés, soit 164 grammes par habitant. C’est bien, estime l’association chargée de sécuriser l’élimination des MNU, mais, pour la première fois depuis 2014, c’est moins que l’année précédente. Une baisse de 6,7%, soit plus de 800 tonnes, qui, pour autant, n’inquiète pas.

1 min

Si l'on recycle moins, c'est que l'on consomme mieux

Par Véronique Julia

Les bonnes pratiques s'enracinent

En effet, Cyclamed estime avoir mis la main, comme l’année précédente, sur 63 % du "gisement" de médicaments non utilisés. C’est donc la taille de ce "gisement" qui a changé, qui a baissé. Du fait de la baisse de la consommation des médicaments, imputable à "la baisse des prescriptions, aux campagnes sur le bon usage faites par les autorités et les professionnels de santé".

"On vend moins de médicaments : les médecins ne prescrivent plus que 4 à 5 lignes de produits contre 5 à 6 il y a dix ans, c’est 15 % de moins. Les pharmaciens incitent au respect de la prescription", a déclaré lors d’une conférence de presse Thierry Moreau Defarges, le président de Cyclamed. Sans compter la "méfiance" des patients après les scandales Mediator ou Lévothyrox.

EN VIDÉO | Pour sensibiliser les publics jeunes, Cyclamed fait de la pédagogie en utilisant leurs codes. 

Et si les foyers étudiés par l’institut CSA pour Cyclamed avaient conservé une masse plus grande de produits périmés ? Ce n’est pas le cas, confirme l’association. A 614 grammes, le stock de médicaments non utilisés ou périmés détenu par les familles est lui aussi en baisse : -8,6 % par rapport à 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.