Alors que ses quatre enfants siègent au conseil de surveillance de la holding Dassault, Serge Dassault avait désigné son successeur avant son décès : ce sera son directeur général, Charles Edelstenne, 80 ans.

Serge Dassault (premier-plan) est mort lundi à 93 ans. Il sera remplacé par Charles Edelstenne (arrière-plan)
Serge Dassault (premier-plan) est mort lundi à 93 ans. Il sera remplacé par Charles Edelstenne (arrière-plan) © AFP / ERIC PIERMONT

L'un des fils de Serge Dassault, Olivier Dassault, a assuré ce mardi qu'il n'y aurait "aucune querelle d'héritiers" après le décès de son père intervenu ce lundi, à l'âge de 93 ans. 

Charles Edelstenne devient PDG du groupe Dassault
Charles Edelstenne devient PDG du groupe Dassault © AFP / Kun TIAN, Paul DEFOSSEUX

Les guerres de succession, chez les Dassault, on connait !

Serge Dassault laisse derrière lui un empire industriel. Ses quatre enfants siègent au Conseil de surveillance de la holding familiale. Capitaine d'industrie dans l'aviation et l'armement (Dassault Aviation, Dassault Systèmes), patron de presse (Le Figaro) et ancien sénateur LR, Serge Dassault détenait la quatrième fortune française, selon le classement Forbes, et la trentième dans le monde. La succession de Serge Dassault est un sujet épineux. Il semble qu'aucun de ses enfants ne lui paraissait capable de prendre sa succession. 

Déjà, en 1986, la succession de Marcel Dassault, décédé à 94 ans, créateur du groupe, père de Serge et grand-père d'Olivier, s'était mal déroulée. Olivier Dassault avait lui-même été envisagé comme futur numéro un. Mais finalement, c'est son père, Serge, qui avait obtenu cette place. Serge succède ainsi à Marcel  à la tête du groupe seulement à l'âge de 61 ans. Charles Edelstenne s'est toujours montré loyal envers lui.  L'Etat, alors actionnaire majoritaire, ne croyait pas en lui et avait même tenté de l'évincer.

Cette fois-ci, à en croire Olivier Dassault, les choses s'annoncent différemment :

"La question n'est pas de devenir numéro un, numéro deux ou numéro trois. La question est de poursuivre l'oeuvre de mon grand-père, l'oeuvre de mon père et de faire en sorte que cette société, fleuron national, international de l'industrie aéronautique, de l'informatique et de l'électronique, comme l'est également Dassault Systèmes, perdure au-delà de l'homme qu'il était", a affirmé Olivier Dassault ce mardi.

Charles Edelstenne, l'homme de confiance

Âgé de 80 ans, Charles Edelstenne a fait toute sa carrière aux côtés de la famille Dassault. En 2014, les modalités de la succession de Serge Dassault avaient été publiées : directeur général, Charles Edelstenne, doit lui succéder "automatiquement".

Olivier Dassault a aussi rappelé qu'il y avait "un président aujourd'hui dans notre groupe qui a été désigné bien avant que mon père nous quitte, pour qui nous avons voté unanimement, qui est Charles Edelstenne, qui a porté haut les couleurs de Dassault Aviation, créateur aussi, fondateur de Dassault Systèmes. Et pour cela nous comptons bien sur lui pour poursuivre cette mission à nos côtés".  

Charles Edelstenne est entré dans le groupe en 1960, Avions Marcel Dassault-Bréguet Aviation, dont il devient vice-président en 1986. 

En 2014, les statuts de l'entreprise ont été modifiés. En cas de vacance de la présidence, il succédera automatiquement à Serge Dassault. 

Remarqué par le fondateur Marcel Dassault après avoir rejoint l'avionneur à la fin des années 1950, il a pris part aux grands événements qui ont ponctué l'histoire du groupe et contribué à faire de Dassault Aviation une référence mondiale des avions d'affaires haut de gamme, les jets Falcon.  

Il assiste à la nationalisation du groupe en 1981 sous le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy. 

En 1998, l'État transfère sa participation dans Dassault Aviation à Aerospatiale, qui échoit finalement à Airbus avant d'être en partie récupérée par Dassault ces dernières années. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.