la direction de renault et les syndicats jouent les prolongations
la direction de renault et les syndicats jouent les prolongations © reuters

La CFE-CGC de Renault, premier syndicat du constructeur automobile, indique qu'elle donne son feu vert au projet d'accord de compétitivité.

En échange de cet accord, la direction s'est engagée à :

  • ne pas fermer d'usines en France
  • à supprimer 8.260 postes d'ici à 2016 sans recourir à un plan social ni à un plan de départs volontaires
  • à attribuer à des usines françaises 80.000 véhicules supplémentaires venant de partenaires

A la CFDT de décider

Pour être validé, l'accord doit être signé par au moins deux syndicats représentant 30% des salariés. Il faut donc qu'un deuxième syndicat donne son feu vert (la CFDT est aussi favorable à cet accord).

Dominique Chauvin, de la CFE-CGC parle d'un accord "donnant-donnant". Au micro de Marion L'Hour

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.