Le yuan poursuit sa baisse, à un rythme ralenti
Le yuan poursuit sa baisse, à un rythme ralenti © EPA/ROLEX DELA PENA / EPA/ROLEX DELA PENA

C'est la plus brutale dépréciation enregistrée par la monnaie chinoise depuis plus de deux décennies. L'économie chinoise que l'on pensait solide semble fléchir.

La devise chinoise a de nouveau cédé du terrain jeudi mais l'écart entre le cours de la devise et son taux de référence s'est nettement réduit. En réponse, la banque centrale chinoise a assuré que les fondamentaux économiques de la Chine ne justifiaient pas une dépréciation accrue du yuan , qui a perdu environ 4% face au dollar après la dévaluation inattendue décidée mardi par les autorités.

Avant l'ouverture des transactions, la Banque populaire de Chine (PBoC) a fixé le cours pivot du jour à 6,4010 yuans pour un dollar et la devise chinoise s'échangeait dans l'après-midi à 6,4080 après les commentaires de la PBoC, à -0,1% de ce taux de référence, une variation très faible par rapport à celles enregistrées ces dernières semaines. Le cours du yuan est autorisé chaque jour à varier de plus ou moins 2% par rapport à son taux de référence et depuis mars, l'écart dépassait constamment 1% à la baisse.

Il a été demandé à sept banques, dont les cinq premiers établissements du pays, de surveiller les transactions de change de leur clientèle . La PBoC a dit jeudi en conférence de presse qu'elle avait cessé d'intervenir "régulièrement" sur le marché des changes et ajouté qu'elle assurerait une "gestion efficace" uniquement dans le cas d'une volatilité extrême. Elle a également dit qu'elle intensifierait la surveillance des flux transfrontaliers "anormaux".

Pour comprendre les enjeux de cette crise monétaire, Jean-Joseph Boileau, spécialiste des économies emergentes est interviewé par Alain Passerel

Comment la PBoC compte-t-elle résorber l'hémorragie ?

La dévaluation du yuan a fait redouter à certains une nouvelle "guerre des monnaies" mais la banque centrale affirme depuis mercredi qu'elle n'engagera pas le yuan dans un processus de dévaluation durable. La PBoC a aussi déclaré jeudi que le taux de change du yuan était soutenu fermement par la solidité de l'économie chinoise, son excédent commercial, la situation budgétaire saine du pays et l'ampleur de ses réserves de change .

Des sources informées indiquent cependant que des membres importants du gouvernement sont favorables à une glissade plus marquée du yuan pour soutenir les exportateurs chinois . Certains évoquent une baisse de 10% au total, une rumeur jugée "sans fondement" par le vice-gouverneur de la PBoC Yi Gang. Ce dernier a déclaré que la Chine entendait accélérer l'ouverture de son marché des changes et attirer davantage d'investisseurs étrangers. Les Bourses européennes ont fortement baissé mercredi, plombées par la décision de Pékin qui ravive les inquiétudes sur la santé de l'économie chinoise.

L'agence Fitch a estimé jeudi que cette dépréciation du yuan "soulignait des pressions plus vastes sur l'économie" mais démontrait aussi que les autorités chinoises étaient déterminées à réformer les marchés financiers dans un sens plus libéral, alors que les nombreuses interventions de Pékin en juin sur les marchés boursiers auraient pu mettre en doute cette volonté. Malgré la Chine, Wall Street a terminé mercredi en légère hausse, se retournant en fin de séance grâce à l'action Apple, également sortie du rouge pour gagner 1,54%, et un secteur énergétique porté par le rebond des cours du pétrole après leur creux de six ans touché la veille.

Forte chute du yuan après une dévaluation en Chine
Forte chute du yuan après une dévaluation en Chine © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.