Le nombre de chômeurs en France (catégorie A) s’affiche à la baisse: -0,9% pour le mois de novembre, et - 3,1% pour le dernier trimestre 2016. Une première depuis février 2008.

Troisième mois de baisse du chômage en 2016
Troisième mois de baisse du chômage en 2016 © AFP / PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les derniers chiffres du chômage 2016 semblent confirmer l’inversion de la courbe annoncée par François Hollande. Une première depuis février 2008. Le nombre de chômeurs n'ayant pas du tout travaillé baisse pour la troisième fois d'affilée, en novembre : - 0,9% soit 31 800 inscrits en moins chez Pôle Emploi. Même tendance sur un trimestre : - 3,1% de baisse soit près de 110 000 inscrits en moins.

Troisième mois de baisse du chômage en 2016
Troisième mois de baisse du chômage en 2016 © Visactu / Visactu

Pour autant, si le chef de l’État parle de "satisfaction", François Hollande admet que "rien n'est joué": la baisse du chômage s'accompagne d'une certaine hausse de la précarité. Car la courbe s'inverse….mais seulement pour les chômeurs n'ayant pas du tout travaillé : ceux-là sont effectivement de moins en moins nombreux depuis un an, une bonne nouvelle liée aux créations d'emploi. De ce côté-là, l'économie va mieux et ça se sent surtout pour les jeunes. Ces derniers chiffres font également dire au MEDEF que le chômage de masse n'est pas une fatalité.

►►►ÉCOUTER | "Même poussivement, l'économie française redémarre", l'interview de l'économiste Eric Heyer, dans le 5/7 d'Eric Delvaux

Chiffres de la précarité à la hausse

Mais des mêmes chiffres, la CGT tire une conclusion différente : pour les précaires pas de cadeau de Noël…car la précarité augmente, une réalité chiffrée. Le nombre d'inscrits à Pôle Emploi grimpe, si on regarde ceux qui ont un peu travaillé : + 2,4% sur un mois, + 8% sur un an. Si on prend en compte ces travailleurs précaires, le nombre de chômeurs atteint alors près de 5 millions et demi de personnes.

Cela dit dans la catégorie des chômeurs qui ont eu une activité, la durée travaillée augmente, parfois même jusqu'au travail à plein temps. Porte d'entrée vers un poste stable, ou job d'appoint à répétition ? Question encore en suspens.

►►►Écouter | "Le matin, je me lève pour aller au boulot, je serre la main à 40 personnes" : David, 47 ans, vient de retrouver un emploi après des années de chômage, un reportage de Camille Revel (France Bleu Armorique).

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.