françois hollande veut croire à un début de décrue du chômage
françois hollande veut croire à un début de décrue du chômage © reuters

Oui, pour François Hollande : le président s'est réjoui que "l'inversion de la courbe du chômage soit désormais amorcée". Car le mois dernier, le nombre de demandeurs d'emplois en France a diminué, pour la première fois depuis 30 mois. Et après ?

En fait, le recul du mois dernier est surtout le fait de jeunes de moins de 25 ans, ceux qui ont bénéficié à plein des contrats aidés, et de la montée en puissance des "emplois d'avenir", deux mesures du gouvernement. En revanche, les embauches restent en berne dans le secteur privé.

Mais pour Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie, il ne faut pas bouder son plaisir

Selon les données publiées par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs de catégorie A, sans le moindre emploi, a ainsi diminué de 0,6% en octobre, soit de 20.500, pour s'établir à 3.275.200, son niveau le plus bas niveau depuis le mois de mai.

Une baisse qui ne concerne que ces fameux chômeurs sans activité. Si l'on prend en compte les personnes ayant exercé une activité réduite (catégorie B et C), on observe... une progression, de 0,8% (+39.600), avec un nouveau record à 4.883.000. En comptant les départements d'Outre-mer, le total atteint 5.182.500.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, se réjouit malgré tout. Et évoque la première vraie baisse du nombre de chômeurs de catégorie A depuis avril 2011 (aumois d'août dernier, la baisse était en fait due à un dysfonctionnement technique).

Sur la base de l'évolution des trois derniers mois, marquée par une baisse moyenne mensuelle de 3.500 des demandeurs d'emploi, "l'inversion de la courbe du chômage se dessine", a-t-il dit dans un communiqué.

Pour Thierry Mandon, porte-parole des députés socialistes, "il faut continuer à se battre".

L'opposition pas vraiment convaincue

Alors, vraie baisse ou chiffres en "trompe-l'oeil ? À droite, on se dit au mieux sceptique, au pire totalement désabusé.

Dominique Bussereau, député UMP de Charente-Maritime : "Il y a des mesures arithmétiques mais pas de vraie croissance"

Florian Philippot, vice-président du Front national : "Ce n'est pas -20.000, mais +40.000"

Pour l'OFCE, cette baisse du chômage est surtout "ponctuelle" et pas "tendancielle".

Une baisse en demie-teinte, pour Marion Cochard, économiste à l'OFCE

"Tant que le secteur privé ne recommence pas à créer énormément d'emplois, car il faut qu'il en crée beaucoup pour faire baisser le chômage parce qu'on a une population active qui augmente, la baisse tendancielle du chômage n'existera pas", explique Eric Heyer, de l'OFCE, qui ne l'anticipe pas avant au mieux début 2015.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.