christine lagarde convoquée par la justice fin mai dans l'affaire tapie
christine lagarde convoquée par la justice fin mai dans l'affaire tapie © reuters

Christine Lagarde est convoquée demain jeudi devant la Cour de justice de la République, pour s'expliquer sur son rôle dans l'arbitrage rendu en faveur de l'homme d'affaires Bernard Tapie, qui pourrait lui valoir une mise en examen embarrassante.

L'audition de la directrice générale du Fonds monétaire international, à l'issue de laquelle elle sera soit mise en examen, soit placée sous statut de témoin assisté, pourrait se poursuivre jusqu'à vendredi ?

Christine Lagarde avait choisi en 2007 de solder par un arbitrage privé un litige judiciaire concernant la revente en 1993, par le Crédit Lyonnais, d'Adidas, contrôlé par Bernard

Tapie. Ce dernier s'estimait floué par la banque. Selon le Canard Enchaîné, le réquisitoire de la Cour de Justice de la République concluerait à l’existence d’"indices graves et concordants faisant présumer que, sous l'apparente régularité d'une procédure d'arbitrage, se dissimule en réalité une action concertée en vue d'octroyer aux époux Tapie (...) les sommes qu'ils n'avaient pu jusqu'alors obtenir" de la justice, écrirait ainsi le procureur.

En septembre 2008, Christine Lagarde avait déclaré devant une commission d'information parlementaire qu'elle n'agissait "pas sur instruction, mais sur la base de (son) appréciation".

Pour le Conseil d'administration du FMI, la convocation de Christine Lagarde "ce n'est pas une préoccupation". L’analyse du Fond Monétaire International est que l'ancienne ministre de l'Economie n'a pas tiré personnellement profit de l'arbitrage privé choisi pour régler le litige judiciaire opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais. Le Conseil devra revoir sa position si cette procédure judiciaire commençait à l'empêcher d'exercer son mandat, ajoute-t-on toutefois.

Le Président UMP de la Commission des Finances, Gilles Carrez, invite tout le monde à faire attention à l’image de la France, via l’image de Christine Lagarde.

Gilles Carrez répond à Stéphane Leneuf

38 sec

S Gilles Carez .

En cas de mise en examen de la directrice générale du FMI, Bercy envisage un recours en révision contre l'arbitrage controversé, indique au Monde Pierre Moscovici.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.