Au vu des inégalités salariales, il est considéré qu'à partir de ce mardi 5 novembre et jusqu'à la fin de l'année, les femmes ne sont plus rémunérées pour leur travail. Comment cette différence de salaire est-elle calculée ? Le point sur les chiffres à retenir.

Pour un temps complet, les femmes gagnent en moyenne 452 euros de moins chaque mois (18,5%).
Pour un temps complet, les femmes gagnent en moyenne 452 euros de moins chaque mois (18,5%). © Getty / Paul Reid

À partir de 16h47 très précisément, ce mardi 5 novembre, les femmes travailleront... pour rien. Cette date symbolique, a été choisie et relayée sur les réseaux sociaux par le collectif féministe Les Glorieuses, qui se mobilise notamment contre les inégalités salariales.

Quel est précisément aujourd'hui en France l'écart entre le salaire des hommes et celui des femmes ? La réponse est moins simple qu'il n'y paraît. Les chiffres avancés par Eurostat, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ou encore ceux du ministère du Travail varient, à quelques unités près. Cela s'explique par les différentes méthodes utilisées : salaire brut ou net, moyen ou médian. Nous avons ici choisi de reprendre les données présentées par l'Observatoire des inégalités, qui s'appuie sur les chiffres 2015 de l'Insee et ceux du ministère du Travail.

Pour un temps complet, les femmes gagnent en moyenne 452 euros de moins chaque mois (18,5%)

À équivalent temps plein, le salaire mensuel net moyen des hommes s'élève à 2 438 euros, contre 1 986 euros  pour les femmes. La différence est donc de 452 euros. Les femmes gagnent donc 81,5% du salaire des hommes. 

Comme le souligne l'Observatoire des inégalités, l'écart peut s'exprimer alors de deux façons : les hommes touchent 22,8% de plus que les femmes. Ou : les femmes gagnent 18,5% de moins que les hommes. Les pourcentages n'étant pas réversibles (puisqu'ils ne s'appliquent pas à la même base, rappelez-vous vos cours de mathématiques), le nombre ne peut donc être le même dans les deux sens. 

Si l'on prend en compte les temps partiels, les femmes touchent 25,7% de moins

Le calcul présenté plus haut se base sur des durées de travail équivalentes. Or, les femmes sont quatre fois plus souvent à temps partiel que les hommes. Si l'on prend en compte ce paramètre, il est donc logique que leur salaire soit inférieur : 25,7% de moins, d'après les chiffres du ministère du Travail.

Chez les 10% les mieux rémunérées, les femmes gagnent 21% de moins que les hommes... contre 7% chez les moins rémunérées 

Les différences ne sont pas les mêmes en fonction de l'endroit où l'on se place sur l'échelle des rémunérations. Selon l'Observatoire des inégalités, les 10% des femmes les moins bien rémunérées ont un salaire maximum inférieur de 7% à celui des hommes (1 171 euros contre 1 262 euros). À l'autre bout du spectre, l'écart se creuse. Là où un homme gagne en moyenne 3 990 euros, une femme touche 3 149 euros, donc 21 % de moins. 

À poste égal : 10,5%

Une fois éliminés les différents types de contrat, les différences d'âge, de secteur d'activité, etc., quelle part reste-t-il ? Si l'on en croit le ministère du Travail, il demeure un écart d'environ 10,5% entre les hommes et les femmes, à poste égal. Une différence qui peut être considérée comme une discrimination pure de la part des employeurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.