Pétroplus
Pétroplus © REUTERS/Philippe Wojazer

Cinq candidats se sont manifestés in extremis pour reprendre la raffinerie Petroplus menacée de liquidation, cinq offres de reprise qui ont été déposées hier devant le tribunal de commerce de Rouen.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg considère que deux d'entre elles paraissent "sérieuses et financées". Il s'agit de l'investisseur suisse Terrae et de l'énergéticien égyptien Arabiyya Lel Istithmaraat.

Qui est ce repreneur surprise ? Explications avec notre correspondante au Caire Vanessa Descouraux.

Le gouvernement français s'est engagé à prendre "une participation minoritaire" au capital du site, à l'arrêt depuis janvier 2012 après le dépôt de bilan de son propriétaire Petroplus, si une offre "crédible" est retenue.

Les offres seront examinées en CCE cet après midi à 14h30 et le tribunal fixera une date pour rendre sa décision.

Marion L'Hour a rencontré Michel Billard de la Motte, représentant en France du candidat "surprise" Arabiyya lel Istithmaraat.

Les explications de Michel Billard de la Motte

Le candidat égyptien dit ce matin qu'il serait prêt à maintenir son offre, même sans aide de l'Etat

Cela nous permet d'envisager autrement ce dossier que sous l'angle du pessimisme

Arnaud Montebourg a assuré mardi matin que l'Etat était disposé à mettre de l'argent dans la raffinerie devenu symbolique des difficultés de l'industrie française. La proposition a été confirmée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, en déplacement à Bangkok, qui a toutefois insisté sur la nécessité d'une "offre crédible".

"Pour reprendre une raffinerie de cette envergure, il faut deux choses : beaucoup d'argent et du pétrole. Nous sommes disponibles pour accompagner un offreur, nous l'avons dit à tous ceux qui se sont présentés", a dit Arnaud Montebourg.

Ce dossier, c'est en tout cas l'occasion pour le ministre du Redressement productif de prouver que sa méthode marche. C'est évidemment aussi une revanche sur Matignon qui hier encore indiquait qu'il n'y aurait pas de repreneur.

Marion Lagardère

Ces offres viennent soulager les angoisses des 470 salariés de Pétroplus, après un an d'incertitude.

Le porte-parole de l'intersyndicale, Yvon Scornet de la CGT, indiqué que ces trois dossier principaux prévoyaient en gros la reprise de l'ensemble du personnel.

Le reportage de Laëtitia Heuveline

Le tribunal de commerce fixera une date d'audience dans les deux à trois semaines qui viennent

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.