Comme son prédécesseur Donald Trump, Joe Biden veut favoriser les produits américains. Il a signé un décret lundi incitant le gouvernement fédéral à acheter davantage de biens et services d'entreprises américaines.

Joe Biden a signé le 26 janvier 2021 un décret favorisant les achats de produits made in America
Joe Biden a signé le 26 janvier 2021 un décret favorisant les achats de produits made in America © AFP / Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Joe Biden reprend une thématique chère à son prédécesseur Donald Trump. Le nouveau président américain montre donc qu’après quatre ans de protectionnisme, la libéralisation commerciale n'est pas d'actualité. 

"Nous pouvons créer plus d’emplois dans l’industrie manufacturière. Je n’accepte pas l’idée que la vitalité du secteur manufacturier américain appartienne au passé" a assuré Joe Biden lors d’une conférence de presse. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour atteindre son objectif, Donald Trump avait mis en place des droits de douanes très élevés. Mais conscient du risque de se mettre à dos de nombreux alliés, alors qu'il prône l'union et la réconciliation, Joe Biden propose de son coté avant tout un durcissement des règles du "Buy American" et utilisera pour cela une arme assez efficace : les achats fédéraux.

Le nouveau locataire de la Maison Blanche a donc signé un décret engageant l’État fédéral à effectuer ses achats uniquement auprès d'entreprises manufacturières américaines, ce qui représente une enveloppe de 600 milliards de dollars par an. 

"Nous devons nous assurer que cet argent aille bien aux entreprises américaines", a fait valoir Joe Biden.

La loi en vigueur est facile à contourner

Une loi existe aux États-Unis. Elle date de 1933 et s'intitule "Buy American Act". Elle oblige le gouvernement à signer des contrats avec des entreprises américaines. Mais "seulement si cela est possible" précise-t-elle. Il existe de nombreuses exceptions et possibilités de dérogation. Joe Biden s'engage justement à réduire les vides juridiques qui permettent aujourd'hui encore de contourner la loi.

Promesse électorale

Soutenir l’industrie américaine n’est pas une décision surprise de Joe Biden. C'était l'une  de ses promesses électorales notamment pour attirer une partie des supporters de son prédécesseur. On peut lire dans son programme : 

"L'industrie américaine faisait partie de l'Arsenal de la démocratie durant la deuxième guerre mondiale, elle doit faire partie de l'Arsenal de la prospérité américaine aujourd'hui, permettant d'alimenter la relance économique pour les familles qui travaillent"

Crainte de pénuries et de dépendance économique

Pour justifier sa position notamment envers ses partenaires économiques, le gouvernement Biden met en avant les pénuries provoquées par la Covid-19, qui ont montré les faiblesses du système actuel. La nouvelle administration veut ainsi éviter "de dépendre de pays qui ne partagent pas nos intérêts pour livrer des matériaux essentiels". On pense évidemment à la Chine.