L’Insee publie ce mardi une étude sur la situation du logement en France, depuis ces 30 dernières années.

Le nombre de logements a augmenté de 80% en 45 ans en France
Le nombre de logements a augmenté de 80% en 45 ans en France © Maxppp / L'Est Républicain

Plus de logements, moins d’habitants

Selon cette étude de l'Insee, le nombre de logements a augmenté de 80% en 45 ans, alors que la croissance de la population n’est que de 30%. En 1968, on comptait plus de trois personnes par ménage, contre 2,3 en 2016. Il y a donc plus de logements mais moins de personnes qui y vivent. Ce qui a permis de diminuer le surpeuplement (divisé par deux depuis 1984, selon l’Insee). Malgré cette forte augmentation du nombre d'habitations, le marché de l'immobilier reste tendu en Ile-de-France et en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Des habitats plus confortables mais un nombre de sans-abris toujours élevé

Dans les années 1980, les sanitaires et salle d’eau n’étaient pas systématiques dans les appartements. Ainsi, dans 21% des logements, il n’y avait pas de toilettes à l’intérieur et dans un quart, les douches ou baignoires étaient absentes. Des "conforts de base" qui existent désormais dans la quasi-totalité des habitations. Mais d’autres problèmes ont fait leur apparition, ils concernent l’isolation thermique, l’étanchéité, l’installation électrique ou encore le bruit.

Le mois dernier, la Fondation Abbé Pierre dénombrait quatre millions de mal logés en France et des expulsions en forte augmentation, plus de 14 000 en 2015.

Selon l'Insee, il y a actuellement 82 000 personnes sans domicile en France, soit une hausse de 50% en une quinzaine d’années et 450 000 n’ont pas de logement personnel, c’est-à-dire qu’elles sont hébergées par des proches.

Des propriétaires en maison, des locataires en appartement

La plupart des maisons sont occupées par leurs propriétaires (c’est le cas pour huit maisons sur dix), alors que les appartements sont en grande majorité occupés par des locataires (environ les deux tiers).

Les Français sont plus nombreux à être propriétaires depuis les années 1980 mais la crise de 2008 a ralenti la progression. En 2013, 58% des ménages étaient propriétaires, contre 48% en 1973.

Quant aux locataires en logement social, ils restent cinq ans de plus en moyenne dans leur habitation. Ce qui fait qu’en 2013, près de la moitié des demandeurs de logement social attendent depuis plus d’un an, contre 35.9% en 1996.

Le montant du loyer a quasiment doublé ces trente dernières années. À présent, les locataires dépensent en moyenne 28% de leur revenu pour leur logement, c'est ce qui s'appelle le taux d'effort. Un taux d'effort qui est en hausse pour les ménages les plus modestes.

►►► Les explications de Clara Lecocq Réale

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.