La fraude dans les transports publics coûterait 500 millions d'euros par an. Dès 2017, l'Union des transports publics (UTP) va pouvoir vérifier les adresses des fraudeurs.

Les guichets du métro à Marseille
Les guichets du métro à Marseille © Reuters / Jean-Paul Pelissier

Les Français se déplacent toujours plus en transports publics. 69% sont des utilisateurs réguliers, en augmentation de deux points par rapport à l'année dernière. Ils utilisent principalement le bus, puis le métro. Et selon l'étude, prendre les transports en commun est 3 fois moins cher que la voiture.

Les Français plébiscitent le bus
Les Français plébiscitent le bus © Aucun(e)

Coût de la fraude : 500 millions d'euros

Pour les opérateurs, la fraude reste le principal point noir : 500 millions d'euros de perte par an. Dès 2017, une plateforme de recherche d'adresses des utilisateurs, et donc des fraudeurs, sera mise en place. .

Cette plateforme sera liée au fichier des coordonnées bancaires et à celui des prestations familiales. Nous aurons accés aux adresses, et uniquement aux adresses. Jean-Pierre Farandou, président de l'Union des transports publics.

52% des Français jugent acceptable la fraude dans les transports
52% des Français jugent acceptable la fraude dans les transports © Aucun(e)
Dans quelles conditions jugez-vous acceptable la fraude dans les transports?
Dans quelles conditions jugez-vous acceptable la fraude dans les transports? © Aucun(e)

Une mère isolée paye plus cher qu'un retraité

Un autre phénomène voit le jour dans les transports publics : le changement de tarification. Quinze villes en France ont déjà adopté le tarif "solidaire", en fonction des revenus de chacun. Un tarif qui pourrait être étendu à d'autres communes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.