élevage porcin en extérieur
élevage porcin en extérieur © Collection Watier/Maxppp

Pour tenter d'enrayer la crise qui secoue l'agriculture, le gouvernement aurait pour projet d'obliger les grandes enseignes et les transformateurs à rendre public leurs comptes, sous peine d'une amende.

Le gouvernement met la pression sur les grandes enseignes de distribution pour qu'elles cessent leur guerre aux prix les plus bas, mais aussi sur les grands transformateurs, les grands industriels de l'agroalimentaire comme Bigard pour la viande, ou Lactalis pour le lait, pour tenter de trouver une solution à la crise qui secoue l'agriculture depuis plusieurs mois, et en particulier les filières d'élevage : producteurs de porcs, de viande et de lait.

Les transformateurs sont accusés, eux aussi, de négocier les prix d'achat aux producteurs toujours au plus bas, négociation d'autant plus compliquée pour les producteurs qu'ils ne font souvent pas le poids, et qu'ils ignorent tout de la situation économique de leurs interlocuteurs.

Le gouvernement aurait donc pour projet, par la voie législative de la loi Sapin II, de les obliger à rendre public leurs comptes, sous peine d'une amende aujourd'hui dérisoire, mais qui pourrait passer, si on en croit Le Figaro, à 5% de leur Chiffre d'Affaire.Si c'était bien le cas, ce serait une excellente nouvelle pour Gilles Psalmon, le directeur de la FNPL, la Fédération Nationale des Producteurs de Lait, présent au Salon de l'Agriculture...Gilles Psalmon avec Manuel Ruffez

Aujourd'hui, une entreprise comme Lactalis, le numéro un mondial, ne publie pas ses comptes

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.