Stéphane Le Foll se rend en Bretagne. Le ministre de l'Agriculture vient tenter de calmer la grogne des "bonnets rouges" et dévoiler la stratégie du gouvernement. Une bonne nouvelle pour le ministre : le volailler Doux est en passe d'être repris.

En redressement judiciaire, le volailler Doux devrait finaliser un accord de reprise avec le groupe saoudien Almunajem, son premier client, et la holding de la famille Calmels D&P. A l'issue des négociations, "D&P détiendra 52,5% du capital de Doux, Almunajem 25% et la famille Doux 22,5%".

La signature de l'accord interviendra en "début de semaine prochaine, lundi ou mardi", selon une autre source. Une assemblée générale des actionnaires devrait l'entériner le 21 novembre.

Les précisions de Jérôme Cadet

Aménager l'écotaxe ?

L'écotaxe, c'est un bon système, verteux mais il a été pris en otage par un autre combat, et une crise, celle de l'agroalimentaire.

le gouvernement veut minimiser le coût de l'écotaxe
le gouvernement veut minimiser le coût de l'écotaxe © reuters

C'est Frédéric Cuvilier, le ministre des Transports qui résume, ainsi, la situation. Pour le gouvernement, c'est clair, la contestation en Bretagne, c'est d'abord une crise agricole: celle d'une filière, longtemps "fleuron" de l'économie française, exportatrice, aujourd'hui, en perte de compétitivité et qui supprime des emplois.

Le "Pacte d'avenir pour la Bretagne", que souhaite boucler Jean-Marc Ayrault d'ici la fin du mois doit donc répondre, d'abord, à cette préoccupation : celle exprimée par les patrons bretons du secteur et celle des salariés.

Dans ce schéma, personne au gouvernement, à Matignon notamment n'envisage à ce stade, la suppression définitive de l'écotaxe. Simplement, réfléchit-on à des aménagements qui évidemment, profiteraient aux Bretons : des aménagement pour l'agroalimentaire (on y revient), pour les courtes distances ou encore pour les régions dites "périphériques".

Dans ce schéma de sortie de crise, la rénégociation évoquée cette semaine du contrat avec Ecomouv', la société privée chargée de collecter la taxe n'aurait qu'un but : trouver un accord commercial avec elle pour alléger le loyer à payer le temps de la "suspension" de l'écotaxe dont personne, en revanche, à ce stade ne se hasarde à avancer une date de fin.

Le complexe dossier Ecomouv
Le complexe dossier Ecomouv © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.