Compte personnel d'activité : le gouvernement doit trancher
Compte personnel d'activité : le gouvernement doit trancher © Frédéric Cirou/AltoPress/Maxppp / Frédéric Cirou/AltoPress/Maxppp

Esquissé vendredi par François Hollande, cet outil est censé faciliter les transitions professionnelles. Les proches de Martine Aubry attendent des signes sur ce point, avant le Congrès du PS début juin à Poitiers. Il reste beaucoup de points à préciser.

Tout au long de sa carrière, chaque salarié voit ses droits s'accumuler : droit à la formation, compte épargne temps et désormais compte pénibilité. L'idée serait de conserver ces droits, même si l'on change d'entreprise, de région, ou en cas de perte d'emploi.

Depuis peu, le compte personnel de formation permet d'emmener avec soi ses droits à formation plutôt que de les perdre. Même chose pour la prévoyance et la complémentaire santé. Ce compte personnel d'activité permettrait de regrouper également le compte épargne temps ou les points de pénibilité.

Un frein à l'embauche chez les salariés les plus âgés ?

François Hollande présente ce compte comme une contrepartie à une plus grande souplesse pour les entreprises en matière de droit du travail, un signe en direction de la gauche du PS, Martine Aubry réclame la création d'une "sécurité sociale professionnelle", une idée poussée par la CGT. Pour la CFDT, ce capital, c'est une bonne idée.

Tout le problème est de ne pas créer de nouvelle usine à gaz, d'autant que le compte pénibilité est tout juste en train de se mettre en place. Reste à savoir quels seront les droits concernés, la CGPME pointe le risque de frein à l'embauche chez les salariés les plus âgés, ceux qui auront le plus engrangés de droits divers.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.