manuel valls s'efforce de sauver la conférence sociale
manuel valls s'efforce de sauver la conférence sociale © reuters

Après la CGT et FO, la FSU et Solidaires ont également décider de claquer la porte de la conférence sociale. Il a donc manqué quatre centrales syndicales à la table des négociations cet après-midi, au moment du discours de Manuel Valls.

Et deux de plus. Deux autres syndicats ontt décidé de claquer la porte de la conférence sociale ce matin, au deuxième jour des discussions : la FSU et Solidaires.

Restent les centrales syndicales dites réformistes, comme la CFDT, qui vont participer aux tables rondes avec les représentants des syndicats patronnaux. Il n'empêche, avec quatre syndicats en moins, la grand-messe sociale voulue par le président de la République François Hollande est un peu vidée de sa substance.

Les syndicats dénoncent la méthode du gouvernement

La secrétaire générale de la FSU Bernadette Groison a dénoncé la méthode du gouvernement : "nous avons eu le sentiment hier d'avoir déjà la feuille de route de clôture... alors qu'il y a des désaccords". La secrétaire générale de la première fédération de l'Education veut des réponses claires du gouvernement :

Des désaccords partagés par les première et troisième centrales syndicales, [la CGT et FO, qui ont décidé de boycotter la deuxième journée dès hier pour protester contre les "cadeaux" du premier ministre](http://www.franceinter.fr/depeche-conference-sociale-la-cgt-et-fo-boudent) au patronnat sur le compte pénibilité et la simplification du code du travail. > ### Une refus prolongé du dialogue serait... incompréhensible Sans surprise, le premier ministre a regretté l'absence de certains syndicats. Lors de son discours de clôture de la troisième conférence sociale du quinquennat de François Hollande, **Manuel Valls a en quelque sorte rappelé les syndicats à l'ordre:**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.