Taux d’intérêts au plus bas et envie de bouger après avoir été confiné : avec des biens vendus à peine les annonces mises en ligne, l'immobilier se porte comme jamais et bat des records de transactions ces derniers mois.

Les ventes immobilières se sont démultipliées depuis un an
Les ventes immobilières se sont démultipliées depuis un an © Maxppp / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter Laurent Vimont, le patron du réseau Century 21, qui pense "qu'on fera plus de 1,1 million de transactions en 2021, ce qu'on n'a jamais réalisé dans toute l'histoire de l'immobilier en France".

Le volume des ventes n’a jamais été aussi élevé, confirment les notaires. Les Français sont nombreux à être dans les cartons. "Il y a une famille d'acheteurs, que j'appelle la famille des sauts de puce", raconte Laurent Vimont. "Ce sont ceux qui quittent les hypercentres, et qui avec le prix de vente du logement, achètent plus grand. Ils y gagnent une pièce de plus : pour le télétravail, par exemple, ou pour les enfants."

Télétravail et famille : deux facteurs qui arrangent clairement les agents immobiliers, qui font partie des gagnants de la crise actuelle.

"Nous sommes des miraculés du Covid"

Selon Laurent Vimont, ce n'était pourtant pas gagné d'avance. "La profession a eu beaucoup de chance : le marché a redémarré très vite dès le déconfinement du 11 mai 2020. Ensuite, les Français ont vu dans la pierre quelque chose de solide, qui leur permet de se mettre à l'abri, avec la volonté de mieux vivre."

Tous les achats actuels sont en effet dictés par des améliorations de la vie quotidienne : "Une pièce en plus, un jardin... Ils refusent la 'cage à lapins', parce que le confinement a généré une souffrance importante."

Une tendance dont on ne sait pas si elle va durer, mais qui fait bouger les lignes. Si à Paris les prix, en l’absence des investisseurs étrangers, sont plutôt à stagner, voire à légèrement baisser, en petite couronne des maisons avec jardin ont connu des hausses de 15 à 20 % en un an.