Certaines sanctions prévues à l'encontre des chômeurs en cas de manquement à leurs obligations, notamment de recherche d'emploi, sont plus dures que ce qu'avait initialement annoncé le gouvernement, d'après un décret publié dimanche au Journal officiel.

Contrôle des chômeurs : certaines sanctions sont plus dures qu'annoncées
Contrôle des chômeurs : certaines sanctions sont plus dures qu'annoncées © AFP / Philippe HUGUEN

Lors de ses vœux du 31 décembre, Emmanuel Macron a confirmé qu'il entendait lancer en 2019 les réformes de la fonction publique, des retraites, et de l'assurance-chômage, actuellement en négociation, alors même qu'une première réforme est à peine entrée en vigueur. 

Le décret d'application vient d'être publié au journal officiel et il n'est pas tout à fait conforme à ce qui avait été prévu, car il durcit l'accord sur le contrôle des chômeurs qui avait été trouvé avec les partenaires sociaux : 

  • Un mois de radiation au lieu de 15 jours si on ne se présente pas à un rendez-vous avec son conseiller Pôle Emploi. 
  • Suppression de l'allocation après deux refus d'offres raisonnables d'emploi, "raisonnables" selon des critères définis avec le demandeur d'emploi.

Des mesures plus dures que prévu, mais qui dans les faits ne concerneront finalement pas grand-monde. Pôle Emploi estime à seulement 8 % la proportion d'allocataires qui ne remplissent pas leur obligation de recherche active d'emploi.

Une négociation qui ne sera pas facile à mener 

En revanche, le chantier en cours de négociation sur l'indemnisation des chômeurs concernera, lui, tout le monde et il s'annonce explosif. Le chef de l'État va avoir grandement besoin des partenaires sociaux pour avancer sur le sujet. 

Comment permettre à l'Unedic de faire des économies ? 

Un malus financier pour les entreprises qui ont trop recours aux contrats courts ? Le patronat n'en veut pas.
Une modulation des allocations chômage, en fonction du nombre de jours travaillés avant la période d'inactivité ? Un casus belli pour les syndicats. 

Le gouvernement va devoir avancer, avec une grande prudence, mais avancer quand même sur ce chantier dans les prochaines semaines, c’est une consigne présidentielle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.