Assurance maladie
Assurance maladie © Fotolia / Zerbor

C'est aujourd'hui 24 février que démarrent au siege de l'assurance maladie porte de Montreuil la négociation sur ce qu'on appelle la convention médicale. Cette négociation, qui a lieu tous les 5 ans, et qui devrait selon tout vraisemblance s'étendre jusqu'au début de l'été, permet aux médecins, à l'assurance maladie et aux complémentaires santé, de se mettre d'accord sur, entre autres, le tarif des consultations des cinq prochaines années.

Chaque négociation donne lieu à à un bras de fer . Celle ci n'y échappera pas, d'autant que les médecins restent très remontés contre leur ministre de tutelle.Presque tous les syndicats de médecins généralistes le disent. Si leur spécialité n'attire pas les étudiants en médecine et si les déserts médicaux progressent , faute de vocations, c'est en partie parce que les contraintes sont nombreuses, et les gratifications trop rares.

La majoration des tarifs de consultation en question

Tous demandent une revalorisation de leur tarif. Le tarif, bloqué à 23 euros depuis 5 ans , est disent-ils déconnecté de la réalité, une réalité de plus en plus complexe. les patients vieillissent, les maladies se soignent de façon de plus plus sophistiquée, les consultations sont donc plus longues. Pour montrer le ras- le-bol de la profession, certains médecins proposent à leurs patients de payer la consultation 25 euros plutot que 23, et donc de sortir de leur poche 2 euros. D'autres pratiquent une majoration s'ils dépassent les 35 heures, ce qui n'est bien sûr pas permis.

Plus globalement, les médecins voudraient que les grilles tarifaires prennent en comptela variété et la difficulté des consultations . Variété plus ou moins prise en compte déjà via des forfaits versés aux médecins. Un système tellement compliqué d'ailleurs, que la ministre elle même veut le remettre à plat. Marisol Touraine, qui n'est pas hostile à une hausse de la rémunération des médecins. Hausse qui sera forcément limitée au regard des économies imposées à l'assurance maladie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.