Touchée de plein fouet, comme ses concurrentes, par des annulations en cascade et une chute des réservations en raison de l'épidémie de coronavirus, la compagnie aérienne cherche à adapter l'organisation de son personnel.

D'après une projection communiquée fin février par Air France, les pertes liées au coronavirus pourraient s'élever entre 150 millions et 200 millions d'euros
D'après une projection communiquée fin février par Air France, les pertes liées au coronavirus pourraient s'élever entre 150 millions et 200 millions d'euros © AFP / Joël Saget

Comment réagir face à l'épidémie de coronavirus, dont on sait déjà qu'elle va générer pour les compagnies aériennes des pertes abyssales ? Air France a fait savoir à son personnel que plusieurs options étaient sur la table, afin d'adapter au mieux l'organisation du travail face à l'effondrement des réservations et les annulations en série. 

La compagnie aérienne propose donc aux salariés qui le souhaiteraient de prendre des périodes de congés sans solde, des RTT de façon anticipée ou encore d'utiliser leur compte épargne-temps. La direction a également fait savoir que des mesures individuelles de réduction du temps de travail sont possibles dans certains secteurs, là aussi sur la base du volontariat.

S'il ne s'agit pas encore de mesures de chômage partiel, ces annonces illustrent néanmoins à quel point la situation chez Air France est préoccupante. D'après une projection communiquée fin février par le groupe, les pertes liées au coronavirus pourraient s'élever entre 150 millions et 200 millions d'euros. Alors la direction tente de limiter la casse. Les avions qui ont cessé de desservir la Chine ont été redéployés vers l'océan Indien, les Caraïbes, l'Afrique et, dans une moindre mesure, vers les États-Unis. Certains appareils ont également été envoyés en révision de manière anticipée. 

Une addition estimée à plus de 100 milliards de dollars pour l'ensemble du secteur 

L'hémorragie est commune à l'ensemble du secteur. D'après l'Association internationale du transport aérien, qui regroupe 290 compagnies dans le monde, l'épidémie pourrait engendrer 119 milliards de dollars de pertes, soit 19% de l'ensemble des revenus mondiaux de l'aérien en 2020. Les réservations pour des vols à destination de l’Europe en provenance du continent américain, de l’Asie et de l’Afrique ont chuté de 79% rien que la semaine dernière.

Emirates ou Cathay Pacific ont déjà imposé des périodes de congés sans solde à leurs collaborateurs. Quant à la compagnie aérienne Flybe, l'épidémie aura été le coup fatal : la société britannique, déjà en difficulté, a annoncé le 5 mars qu'elle cessait ses activités.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.