Des rafales en Irak
Des rafales en Irak © ECPAD / HANDOUT/EPA/MAXPPP / ECPAD / HANDOUT/EPA/MAXPPP

Et pas qu'un, 126 très exactement. Selon l'entourage du ministre français de la Défense, les négociations avec l'Inde sur un contrat d'environ 12 milliards d'euros sont sur le point d'aboutir.

Dassault Aviation, qui n'a pas réussi à vendre le Rafale à l'étranger depuis son lancement en 1989, est en négociation exclusive avec l'Inde depuis près de trois ans. Les discussions ont été freinées par des désaccords sur les coûts et le partage du travail. Selpn l'entourage du ministre :

Les Indiens et nous voulons conclure rapidement, et les deux ministres ont décidé d'accélérer la négociation pour régler les derniers points en suspens.

Interrogé en marge d'un déplacement à l'Institut national du sport français (Insep) à Paris, François Hollande s'est toutefois dit "prudent" et a souhaité que les négociations se poursuivent dans la discrétion :

Il faut être toujours prudent sur ces contrats. Le travail se fait. Et lorsqu'il sera conclu, nous pourrons parler. Jusqu'à présent, le silence est plutôt la bonne méthode. Et il y a du bon travail qui a été engagé.

Lundi, le porte-parole du ministère indien de la Défense avait déclaré que les deux parties étaient convenues de résoudre leur différend sur ce dossier "de manière accélérée". Dassault disait il y a un mois avoir espoir de signer le contrat d'ici mars 2015, évoquant un "objectif raisonnable". Ce contrat porterait sur 18 avions fabriqués en France et livrés à partir de mi-2016, puis 108 autres assemblés en Inde à partir de 2018.

Le groupe français est aussi sur les rangs pour un contrat potentiel d'une soixantaine de Rafale au Canada, un autre avec le Qatar, et a répondu à une demande d'informations de la Malaisie pour 18 avions. Il a enfin un oeil sur l'Indonésie, qui voudrait se procurer 16 appareils.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.