PARIS (Reuters) - Patrick Ricard, président du conseil d'administration de Pernod Ricard, deuxième groupe de vins et spiritueux dans le monde, est décédé vendredi à l'âge de 67 ans à la suite d'un malaise, a annoncé le groupe vendredi.

"C'est un décès brutal qui ressemble à un malaise cardiaque", a précisé une source au sein du groupe.

Patrick Ricard était le fils de Paul Ricard, l'inventeur du mythique pastis de Marseille. A sa tête, il avait fortement contribué à l'internationalisation du groupe.

"La famille, le conseil d'administration et la direction générale de Pernod Ricard ont la tristesse d'annoncer le décès de Monsieur Patrick Ricard survenu soudainement ce jour", indique un communiqué du groupe.

Leader des marques premium, Pernod Ricard a réalisé 7,6 milliards de chiffre d'affaires en 2011. Outre le célèbre Ricard, le groupe possède les marques Ballantine's, Mumm, Chivas, Absolut Vodka, Malibu, Perrier-Jouët et emploie 18.000 personnes dans le monde.

Patrick Ricard a rejoint en 1967 la société Ricard, fondée par son père en 1932, et y a effectué l'ensemble de sa carrière. Il a occupé divers postes dans les principales fonctions de l'entreprise, avant d'en devenir le directeur général en 1972.

A la création de Pernod Ricard en 1975, il est nommé directeur général du groupe puis en 1978, président-directeur général. Il avait quitté en 2008 ses fonctions exécutives à la tête du groupe, dont la famille Ricard détient encore plus de 14% du capital.

Sous sa houlette, le groupe a mis en oeuvre une ambitieuse stratégie de croissance externe qui feront passer ses ventes hors de France de 17%, à l'origine, à plus de 90% en 2012.

Il avait été élu en 2006 "patron européen de l'année" par le magazine américain Fortune. Il était la 13ème fortune de France avec 2,9 milliards d'euros en 2012.

"Patrick Ricard était capable à la fois d'incarner la grande tradition entrepreneuriale française et de porter les plus belles valeurs de la modernité", a déclaré la présidente du Medef Laurence Parisot dans un communiqué.

Hélène Duvigneau pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.