PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français s'est établi à 90,8 milliards d'euros en 2011 contre 148,8 milliards en 2010, selon les données publiées mercredi par le ministère du Budget.

Ce déficit est inférieur de plus de 4,5 milliards d'euros à la prévision budgétaire, ce qui doit permettre de ramener le déficit public en deçà de l'objectif de 5,7% du PIB fin 2011.

Le déficit de l'Etat est la principale composante du déficit public, qui comprend aussi les comptes sociaux et ceux des collectivités locales. La France s'est engagée à réduire le déficit public à 4,5% du PIB fin 2012 pour revenir en 2013 à la limite européenne de 3%.

En 2011, le déficit public aura été de 5,4% et peut-être même 5,3% du PIB au lieu de 5,7% envisagé en loi de finances, a déclaré fin janvier le président Nicolas Sarkozy.

La ministre du Budget, Valérie Pécresse avait quant à elle déjà annoncé que le déficit de l'Etat s'était établi à 90,8 milliards d'euros en 2011.

La baisse du déficit d'une année sur l'autre s'explique par "une excellente maîtrise des dépenses (diminution en valeur des dépenses) ; un dynamisme des recettes, entièrement consacré à la réduction du déficit ; l'extinction d'opérations exceptionnelles survenues en 2010", écrit le ministère dans son communiqué.

Le solde du budget général s'est amélioré de 58 milliards d'euros d'une année sur l'autre en décembre.

Les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 365,4 milliards contre 425,7 milliards un an plus tôt.

Les recettes (nettes des remboursements et dégrèvements) s'établissent à 275,2 milliards d'euros contre 274,9 milliards.

Les recettes fiscales nettes sont en hausse de 6,5% par rapport à 2010 (hors effet de la réforme de la taxe professionnelle) à 255 milliards d'euros.

La charge de la dette a été de 46,3 milliards d'euros en 2011.

Le gouvernement prévoit de baisser le déficit public à 2% du PIB fin 2014, 1% fin 2015 et d'atteindre l'équilibre en 2016 pour la première fois depuis 1974.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, actuellement en tête des sondages, s'est lui aussi engagé à ramener le déficit à 3% en 2013. Il prévoit d'équilibrer les comptes publics en 2017.

Jean-Baptiste Vey, édité par Elizabeth Pineau

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.