Le tout nouveau terminal méthanier Dunkerque LNG devrait lancer son exploitation commerciale le 1er, après un an de retard.

Le terminal sera mis en service le 1er janvier 2017
Le terminal sera mis en service le 1er janvier 2017 © AFP / Denis Charlet

Ce sera le plus important terminal méthanier d’Europe continentale. Dunkerque LNG devrait lancer son activité commerciale à partir du 1er janvier. Propriété d'EDF (65%), du Belge Fluxys (25%) et de Total (10%), le terminal est composé de 3 réservoirs de 190 000 m3 et pourra stocker et regazéifier 13 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié (GNL) par an. Cela représente 20% de la consommation annuelle en gaz naturel en France et en Belgique. Ce sont justement les deux marchés directement visés par la construction du site gazier. Deux canalisations distinctes – chose unique en Europe – desserviront les territoires français et belge.

Avec ses 3 réservoirs de 190 000m3, le terminal devrait stocker et regazéifier 13 milliards de m3 de GNL par an
Avec ses 3 réservoirs de 190 000m3, le terminal devrait stocker et regazéifier 13 milliards de m3 de GNL par an © EDF

Depuis le début du chantier en 2011, sa mise en service aura été repoussée à trois reprises. Après un premier retard lié à l'accident d'un tunnelier en 2014, et plusieurs retards de chantier fin 2015, un nouvel accident, cette fois sur la torche (servant à brûler le gaz en cas de surpression dans l'installation) est survenu lors de tests, en juillet dernier. Le deuxième plus grand chantier de France, après celui de l'EPR de Flamanville, a un an de retard, mais cette fois la direction de Dunkerque LNG l'assure : le terminal est prêt.

Pourquoi ouvrir un terminal GNL ?

Le gaz naturel liquéfié (GNL) est du gaz naturel refroidi à une température d’environ -163°C, ce qui permet de le rendre liquide. Une fois transformé, il occupe un volume 600 fois plus petit qu’à l’état gazeux, facilitant son transport. Selon EDF, le terminal a été construit pour s'adapter à la situation gazière actuelle : "Hausse de la demande gazière européenne, baisse des importations provenant de la mer du Nord, éloignement progressif des zones de production…" Le GNL permet d'importer plus facilement le gaz, de partout dans le monde. Après les méthaniers déchargés de leur cargaison, le GNL est regazéifié avant d'être envoyé dans les canalisations qui le distribueront.

Des doutes sur la formation du personnel

L'accident sur la torche, en juillet, a semé le doute sur la bonne formation des employés du site. Après l'incident, des erreurs de manipulation de l'installation avaient été pointées. Les organisations syndicales s'en étaient inquiétées.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.