la banque de france prévoit une croissance de 0,5% au 4e trimestre
la banque de france prévoit une croissance de 0,5% au 4e trimestre © reuters

Dans le panier des nouvelles mesures 2014, les commissions d'intervention, ces frais facturés par les banques quand un client dépasse son découvert autorisé, vont être plafonnées à partir du 1er janvier 2014.

Cette réforme bancaire avait été adoptée en juillet dernier. Elle vise également à imposer aux banques une plus grande transparence mais aussi à protéger les consommateurs contre les frais bancaires abusifs.

Les commissions d'intervention –plus communément appelés "agios"- ce sont les frais que les banques vous prélèvent, en plus, en cas de découvert autorisé, par exemple.

Le plafond de ces frais a été fixé à 8 euros par opération et 80 euros par mois pour l'ensemble des clients, et à 4 euros et 20 euros pour les clients les plus fragiles, c'est-à-dire les "personnes souscrivant une offre adaptée de nature à limiter les incidents de paiement" dit le décret, et "celles bénéficiant des services bancaires de base", à savoir les bénéficiaires du droit au compte.

Sur le papier, ces baisses sont bienvenues, mais les banques ne vont-elles pas se rattraper ailleurs ?

Les explications de Mathias Lloret

IDE frais bancaires
IDE frais bancaires © IDE

Les tarifs bancaires vont baisser significativement en Nouvelle-Calédonie

Les tarifs bancaires dans cette collectivité du Pacifique sont en moyenne 34% plus élevés que dans l'Hexagone, et Jean-Marc Ayrault avait dit vouloir s'y attaquer lors de son déplacement à Nouméa en juillet.

Un accord a été signé lundi entre le secteur et le Haut-Commissaire Jean-Jacques Brot. Il permettra une baisse significative des tarifs de plusieurs services bancaires, dont notamment, une baisse des frais de tenue de compte de 20% sur l'année 2014 et de nouvelles offres de banque en ligne aux tarifs diminués en moyenne de 60%.

La loi du 15 novembre portant diverses dispositions relatives aux outre-mer rend obligatoire une négociation annuelle avec les banques, et en cas d'échec, le représentant de l'Etat fixera les tarifs d'un panier de services de base.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.