Un rapport remis à l'Assemblée nationale dénonce une "omerta" et une facture qui s'élèverait à 500 millions d'euros pour l'hôpital public. En cause: l'emploi de médecins intérimaires, qualifiés de "mercenaires" pour pallier la pénurie de praticiens.

La facture est salée pour la sécurité sociale... Les médecins intérimaires sont payés beaucoup plus chers: jusqu'à 15 000 euros par mois. C'est trois fois plus que leurs collègues titulaires. Face au manque d'anesthésistes, de radiologues ou encore de gynécologues-obsétriques les hôpitaux feraient régulièrement appel à ces médecins qualifiés de "mercenaires"

Le marché s'est emballé, remettant en cause par endroits la qualité, la continuité, la sécurité des soins

Les précisions de Solène Le Hen

Ce phénomène semble avoir pris de l'ampleur mais bénéficier d'une véritable omerta

l'état pourrait débourser 480 millions d'euros pour les rtt des médecins
l'état pourrait débourser 480 millions d'euros pour les rtt des médecins © reuters

Le président de la Commission médicale d'établissement de l'hôpital de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) emploie plusieurs intérimaires pour épauler son unique titulaire en radiologie:

On a pas le choix, il faut faire tourner la boutique

Marisol Touraine, la ministre de la Santé s'est dite "choquée". Elle demande une "régulation" de ces pratiques.

Une facture de 500 millions d'euros

Le rapport souligne les difficultés pour répertorier le nombre de médecins intérimaires mais avance le chiffre de 6000 prarticiens dans ce cas.

Ils sont rémunérés entre 600 et 800 euros la journée: un complément de revenu confortable pour des médecins qui exercent parfois dans d'autres établissements ou bien qui ont choisi de vivre de l'intérim avec des horaires souples en plus de l'attrait de la rémunération.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.