Une délégation d'une dizaine de salariés d'ArcelorMittal Florange monte à Paris mercredi prochain pour se faire entendre. Ils vont tenter de rentrer à l'Assemblée nationale pendant la séance de questions au Gouvernement. Objectif : obtenir des réponses sur l'avenir de la filière à chaud du site mosellan. Le sort des 629 salariés des hauts fourneaux, de l'aciérie et de la cokerie sera scellé vendredi 30 novembre au soir, fin du délai accordé par Mittal pour trouver un repreneur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.