La CGT et FO ont claqué la porte du Comité central d'entreprise d'ArcelorMittal. Les syndicats affirment ainsi leur rejet "catégorique" de l'accord intervenu entre l'entreprise et le gouvernement.

Pour la CGT, première organisation du groupe, celui-ci mène un "politique de casse industrielle et sociale". Philippe Verbeke, son représentant, souhaite que "Lakshmi Mittal ait le courage de venir voir les salariés".

L'unité syndicale, qui semblait fragilisésée depuis quelques jours, a donc volé en éclat à l'occasion de ce CCE, puisque la CFDT touve le plan "acceptable".

Le reportage de Manuel Ruffez

Les organisations syndicales redoutent les conséquences de l'accord sur l'ensemble des sites du groupe, dont celui de Basse-Indre en Loire-Atlantique.

Le groupe ArcelorMittal en chiffres
Le groupe ArcelorMittal en chiffres © Idé / Idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.