Myriam El Khomri a souligné le manque de volonté des deux entreprises pour agir contre les discriminations à l’embauche.

Myriam El Khomri a dénoncé l'absence de plan d'action "satisfaisant" pour lutter contre les discriminations d'AccorHotels et de Courtepaille
Myriam El Khomri a dénoncé l'absence de plan d'action "satisfaisant" pour lutter contre les discriminations d'AccorHotels et de Courtepaille © AFP / ALAIN JOCARD

Les groupes AccorHotels et Courtepaille ont été pointés du doigt ce mardi par la ministre du Travail car ils présentent, selon Myriam El Khomri, "un risque élevé de discriminations". La ministre a dénoncé la situation "particulièrement préoccupante" des deux entreprises par rapport aux candidatures "maghrébines".

L’annonce de la ministre arrive après le "testing" de 40 entreprises et 1 000 salariés, mis en place par le gouvernement, dont les résultats ont été communiqués en décembre. A l'époque, douze entreprises avaient été jugées coupables de discrimination. Les noms n’avaient cependant pas été révélés pour permettre aux entreprises de présenter un plan d’action pour lutter contre le fléau. Deux d’entre elles n’ont donc pas satisfaits aux critères.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire Discriminations à l'embauche : les tristes résultats du testing

Incompréhension pour les entreprises

Contacté par l’AFP, AccordHotels affirme que "122 nationalités différentes sont représentées dans ses 1 635 hôtels en France". Courtepaille prétend être "surpris d’être cité de cette manière dans ce rapport car" le groupe a été présenté en novembre comme bon élève pour le très bon travail de recrutements et de non-discrimination, notamment au sein du siège".

Les discriminations à l'embauche
Les discriminations à l'embauche © Visactu / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.