PARIS (Reuters) - Le fournisseur d'accès à internet Free s'est engagé à mettre fin au blocage par défaut de la publicité en ligne sur la nouvelle version de sa "Freebox", a annoncé lundi la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin, qui a réuni dans la matinée les principaux acteurs concernés.

Fleur Pellerin a jugé "la façon de procéder" de Free "pas acceptable". "Un acteur ne peut pas remettre en cause de matière unilatérale tout l'écosystème numérique", a-t-elle dit.

Ecoutez la ministre de l'économie Fleur Pellerin

La mise en place de ce dispositif a été interprétée par des spécialistes d'internet comme une tentative de l'opérateur français pour faire pression sur les fournisseurs de contenus comme Google, afin qu'ils financent en partie les infrastructures.

"La direction de Free s'est engagée à mettre fin au blocage anti-pub dans les heures qui viennent", a déclaré la ministre lors d'une conférence de presse, après s'être entretenue avec Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad, la maison mère de Free. Maxime Lombardini ne s'est pas exprimé à l'issue de cet entretien.

Ecoutez la réaction d'Edwy Plenel secrétaire général du SPIIL, syndicat de la presse internet indépendante en ligne

La dernière mise à jour de la "Freebox Révolution", disponible depuis jeudi, bloquait par défaut les bannières et autres fenêtres ou liens publicitaires. S'il voulait voir ces publicités, l'internaute devait activer volontairement une option.

free s'engage à retirer son dispositif anti-pub
free s'engage à retirer son dispositif anti-pub © reuters

Google n'était pas représenté lors de la réunion à Bercy des éditeurs de contenus et régies publicitaires, qui ont été reçus avant le directeur général d'Iliad.

Ecoutez la réaction de Corinne Denis, présidente du Geste au micro d'Hélène Chevallier

L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) étudie actuellement les modalités du blocage des publicités. Free devra préciser dans la semaine si celui-ci est intervenu au niveau de la box ou du réseau, et si l'ensemble des publicités ont été bloquées ou bien si certaines publicités ont été ciblées par l'opérateur.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.