Après le vent de panique hier sur les banques françaises, la crainte est légitime. Mais inutile de paniquer... sauf, évidemment, si vous avez tout placé en bourse.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.