Donald Trump regrettait mardi, dans un de ses tweets rageurs contre la France, que le vin français vendu outre-atlantique soit moins taxé que le vin américain importé en France. C'est une réalité... en tout cas pour le vin blanc.

Donald Trump, ici en photo à côté de nombreux goodies à son effigie, affirme que le vin américain est trop taxé en France.
Donald Trump, ici en photo à côté de nombreux goodies à son effigie, affirme que le vin américain est trop taxé en France. © AFP / Robyn Beck

Visiblement très énervé au réveil contre Emmanuel Macron, le président américain a dégainé mardi des tweets au vitriol pour dire tout le mal qu'il pense du chef de l'État français. 

Dans un de ses tweets, Donald Trump se plaint que les vins américains, "aussi bon que les vins français", sont trop taxés par la France.

"Au sujet du commerce, la France fait d'excellents vins, mais les États-Unis aussi. Le problème, c'est que la France rend très difficile la vente des vins américains en France et impose de lourdes taxes, alors que les États-Unis rendent la tâche facile aux vins français, et impose des taxes très faibles. Injuste, ça doit changer !"

La taxation des vins répond à des règles complexes en fonction de la couleur des vins et des Etats américains où ils sont vendus mais les chiffres que nous avons recueillis donnent plutôt raison à Donald Trump. En tout cas pour le vin blanc.

Le vin blanc américain plus taxé que le vin blanc européen

En effet, une bouteille de vin blanc américain (de 13 % vol.) importée dans l’Union Européenne subit un droit de douane fixe, quel que soit le prix de la bouteille, de 9,8 centimes d’euros, selon les services des douanes. Une bouteille semblable de l’Union Européenne vendue aux Etats-Unis subit un droit de douane deux fois moindre, de 4,4 centimes d'euros, selon cette même source.

Interrogé par France Inter, Jean Fouré, économiste du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), principal centre français de recherche et d’expertise en économie internationale, confirme ces chiffres. La taxation ne dépend pas du prix du vin : il est fixe selon le degré d'alcool et la couleur du vin, explique-t-il.

Pour la bouteille de vin rouge américain (de 14,5 % vol.) importée dans l’Union Européenne, le droit de douane est de 12 centimes d’euros. Quand une bouteille semblable de l’UE importée aux USA subit un droit de douane de 12 centimes d'euros, selon les douanes, ce que confirme le CEPII.

Selon l'économiste, il faut aussi prendre en compte les restrictions à l'entrée aux États-Unis même si elles sont aussi d'une nature différente des  droits de douane : "la commercialisation nécessite une accréditation qui est différente pour chaque état des États-Unis et il est difficile de faire respecter les appellations d'origines aux États-Unis car ils ne reconnaissent que des marques déposées."

Par ailleurs, précise Jean Fouré, "symétriquement, un vin d'une marque américaine qui reprendrait une appellation géographique est interdit à la vente en UE, ce qui peut limiter leurs exportations".

Les Etats-Unis, premier consommateur de vin au monde

Les États-Unis sont le premier marché de consommation de vin dans le monde et le quatrième vignoble mondial en superficie et en volume. La filière est jeune mais prometteuse sur le sol américain comme à l’export. C’est en Californie que le rendement est le plus élevé. Les Américains produisent 46% de rouge, 44% de blanc et 10 % de rosé, selon des chiffres de FranceAgriMer en 2014.

Les États-Unis importent chaque année 10,7 millions d’hectolitres. L’Italie est le premier exportateur de vin aux États-Unis. La France vient juste après.

En 2017, le vin français a battu tous ses records en termes d’exportations avec 12,9 milliards d’euros de vente selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France. Le chiffre d’affaire des exportateurs de vin français aux États-Unis s’élève à plus de 3 milliards d’euros.

L'Union européenne est le premier importateur de vins américains, le Canada arrive juste après. Viennent ensuite le Royaume Uni, Hong-Kong, le Japon, la Chine et l’Allemagne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.