Après avoir recruté massivement, l'électricien va annoncer des milliers de suppressions d'emploi d'ici 2 ans.
Après avoir recruté massivement, l'électricien va annoncer des milliers de suppressions d'emploi d'ici 2 ans. © MaxPPP

Les trois principaux syndicats de l'entreprise, la CGT, FO et CFE-CGC, appellent à une grève nationale ce jeudi, jour d'un Comité Central d'Entreprise qui doit examiner la question de l'emploi. Après avoir recruté massivement, l'électricien va annoncer des milliers de suppressions d'emploi d'ici 2 ans.

Le nombre précis doit être dévoilé ce jeudi. Il n’y aurait pas de licenciement, ce plan se fera sous forme de départs à la retraite non remplacés ou de départs volontaires. Par ailleurs l'électricien doit répondre au droit d'alerte lancé par les syndicats en décembre.

EDF recrute à un rythme soutenu

Depuis 2010, EDF recrute à un rythme soutenu, environ 6.000 personnes par an, afin d'anticiper les départs à la retraite des baby-boomers. Aujourd’hui la transition est terminée explique la direction, EDF réduit la voilure. Pour l’organisation syndicale, ce coup d'arret arrive au pire moment. EDF est très endettée alors que l'entreprise publique va racheter les réacteurs d'Areva. Il lui faut investir massivement pour renouveler le parc nucléaire et construire les nouveaux réacteurs de 3ème génération, tout en composant avec la concurrence.

L'électricien a perdu 30% de parts de marché

Depuis la fin des tarifs réglementés pour les professionnels le 1er janvier, l'électricien a perdu 30% de parts de marché. Tous ces paris risqués de l'Etat actionnaire à 85%, fragilisent le géant de l'énergie, estime Marie Claire Cailletaut, à la fédération CGT Mines.

L'entreprise est au bord de la rupture

La sortie d'EDF du CAC 40 en décembre a été un évènement stratégique et symbolique. Pour force ouvrière, l'entreprise est au bord de la rupture, tailler dans la masse salariale ne suffira pas. Dans une lettre ouverte le syndicat en appelle au chef de l'Etat.

EDF, l'inquiétude monte, reportage de Delphine Simon :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.