Les émissions mondiales de dioxyde de carbone provoquées par la production d'électricité ont diminué en 2019 dans le monde : - 2%. C'est une première depuis plus de trente ans. Les centrales à charbon tournent moins en Europe et aux États-Unis.

La centrale à charbon de Saint-Avold
La centrale à charbon de Saint-Avold © AFP / .

La production électrique à partir du charbon, "l'ennemi public numéro 1 du climat" a baissé de 3 % dans le monde en 2019. Du jamais vu depuis 1990, selon le bilan publié ce matin par le groupe de réflexion britannique Ember qui milite pour la transition écologique. 

Les données confirment les observations du mois de février, faites par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) selon lesquelles les émissions de gaz à effet de serre, liées au secteur énergétique, ont stagné en 2019. 

Les émissions mondiales de dioxydes de carbone provoquées par la production d'électricité ont diminué en 2019 dans le monde
Les émissions mondiales de dioxydes de carbone provoquées par la production d'électricité ont diminué en 2019 dans le monde / Groupe Ember

L'effondrement du charbon est spectaculaire en Europe : - 24%. Aux États-Unis, il est de - 16 %. Mais il n'est pas observé partout, notamment en Chine où la production électrique au charbon continue d'augmenter (avec une pause imposée par la crise du coronavirus). Si l'on regarde les émissions mondiales de CO2 générées par le charbon, la Chine est désormais responsable de la moitié d'entre elles.

Ce recul global du charbon s'explique en partie par un boom des énergies renouvelables en 2019 ( 15%) mais aussi par la progression du nucléaire, (notamment le redémarrage en Corée du Sud et au Japon).

Une baisse insuffisante

Pour les experts il est encore trop tôt pour se réjouir. Une partie du charbon a été remplacée par du gaz, une autre énergie fossile, certes moins émissive, notamment le gaz de schiste aux États-Unis. 

Autre raison d'être prudent, la demande en électricité a augmenté moins rapidement que d'habitude en 2019 en raison notamment d'un hiver doux.

Mais surtout, cette baisse - pourtant record de 3% d'électricité produite par le charbon - est encore largement  insuffisante. D'après le scénario médian du Giec, il faudrait qu'elle soit de 11% par an d'ici 2030 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5. L'Agence internationale pour l'énergie (l'AIE) estime pour sa part, que cette baisse devrait être de 4% par an. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.