Opération escargot des salariés de MoryGlobal près de Nantes.
Opération escargot des salariés de MoryGlobal près de Nantes. © PhotoPQR/Presse Océan

MoryGlobal, Gefco, Intermarché : en moins d'un mois, plus de 3.000 suppressions d'emplois ont été annoncées dans le transport routier de marchandises. La faute à une impitoyable "guerre des prix" en Europe.

La direction d'Intermarché donnera ce vendredi le détail des impacts sociaux et des mesures d'accompagnement. Elle dément les 600 suppressions de postes annoncés par les syndicats mais annonce la fermeture de certaines bases logistiques pour regrouper les activités sur de nouvelles bases. Cette réorganisation a d'ailleurs débuté en 2012.

► ► ► LIRE AUSSI | MoryGlobal : 2.150 salariés licenciés fin avril

Au total, près de 1.800 postes sont concernés. Et les syndicats craignent une casse de 4.000 à 5.000 postes d'ici cinq ans, tout en précisant que la dierction ne leur donne aucune vision de l'avenir. L'objectif de cette dernière est de regrouper les bases de produits frais et de produits secs pour sécuriser l'approvisionnement des 1.832 points de vente de l'enseigne.

Dumping social et "cabotage"

C'est une semaine noire pour les transports logistiques. Mais il faut distinguer Intermarché des MoryGlobal, Gefco et autres PME des sous-traitants dont on parle moins. Des entreprises malmenées en raison du dumping social pratiqué par les sociétés d'Europe de l'Est. Bruxelles autorise en effet le "cabotage", qui permet aux transporteurs routiers étrangers de travailler en France. Et ces derniers cassent les prix : jusqu'à 40% moins chers, selon les professionnels du secteur.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | 500 emplois menacés chez le transporteur Gefco

La loi Macron tente précisément de corriger cette concurrence déloyale en imposant un salaire minimum pour les chauffeurs roumains ou polonais. C'est d'ailleurs ce qu'a fait l'Allemagne le 1er janvier dernier, mais 14 États européens y sont opposés. Certains, en France, estiment qu'il faut imposer à Bruxelles un "statut européen" du chauffeur routier !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.